DECOUVERTE, GASTRONOMIE, HÔTEL, RESTAURANT, SPECTACLE

De la Provence à la Camargue

La découverte de la France est un régal pour les yeux et les papilles. Pour l’illustrer, nous avons décidé de faire un tour en Provence et de le prolonger jusqu’à la Camargue.

Direction les Baux de Provence avec notre première halte gourmande à La Cabro d’or. Cet établissement est situé dans le magnifique domaine de Baumanière.

Nous déjeunons sur la terrasse ombragée dans un environnement enchanteur. Les plats préparés avec soin par le chef Michel Hulin viennent compléter ce décor provençal.

Le chef, fils de pêcheur, est un passionné de la cuisine gastronomique et sélectionne ses produits auprès des producteurs locaux et veille à respecter toutes les saveurs provençales à la recherche du juste équilibre. Les menus proposés le midi, à 59 € et 85 € sauf dimanche et jours fériés. Sur la carte les plats préparés en partie avec le potager bio du domaine s’échelonnent de 17 € à 58 €.

Les entrées

Les Plats

Les desserts

Après cette halte bienfaisante, nous prenons la direction des Carrières de Lumières

Les vestiges de la carrière

Cet endroit est un bel exemple du recyclage d’un site dont voici l’histoire. Au début du 19e siècle, l’essor industriel est considérable et la construction de nombreux bâtiments (usines, entrepôts, gares…) requiert une forte demande pour « la pierre du midi » et donc ouverture de la carrière des Grands Fonds. Cependant, cette dynamique industrielle doit faire face à des innovations importantes telles que l’acier et le béton qui entraînent la fermeture de la carrière des Grands Fonds. La grande chance de ce lieu c’est le passage de Jean Cocteau qui, est émerveillé par la beauté des lieux et de son environnement, décide d’y tourner « Le Testament d’Orphée ». Ainsi la carrière trouve une nouvelle fonction qui se concrétise, en 2012, par une expérimentation surprenante menée par Culturespaces qui y a développé un concept novateur : AMIEX® (Art & Music Immersive Experience).

Carrières de Lumières : exposition Vincent Van Gogh et Japon rêvé

Le mot qui vient à l’esprit c’est immersion, car on est happé par les images qui couvrent toutes les parois de la carrière et l’on baigne dans le son qui l’envahit. Cela donne parfois une impression de tournis. Cette année, l’exposition est consacrée aux toiles de Vincent Van Gogh (1853-1890), génie ignoré de son vivant, qui a bouleversé la peinture. Cette nouvelle création visuelle et sonore retrace la vie intense de l’artiste tourmenté qui peignit pendant les 10 dernières années de sa vie plus de 2000 tableaux. En prime une projection sur le Japon rêvé.

Conseils : Pensez à utiliser la billetterie en ligne cela vous garantit un créneau horaire et vous évite de faire la queue. Prenez une petite laine, il fait frais et attention le parking juste en face est restreint, donc prenez vos précautions.

Un petit détour par Avignon

Dans notre périple, nous avions envie de revoir Avignon, son Palais des Papes et ses ruelles étroites. Aussitôt dit, aussitôt fait.

Ô Papilles

Nous avons déniché un petit restaurant qui nous a séduits par son aspect, ses propositions et son concept. Situé 10 place des Châtaignes 84 000 AVIGNON 09 53 61 11 91 Mail: contact@opapilles.fr Site Facebook.

Ici, tout est fait maison devant vous. Les prix sont raisonnables, il faut compter entre 12 et 14 € pour les entrées, 18 à 22 € pour les plats et 8 € pour les desserts

Hôtel Le Vallon de Valrugues & Spa

Cet hôtel se situe à Saint-Rémy-de-Provence dans un parc superbe, les chambres sont spacieuses et l’environnement est exceptionnel. Le plus, un spa de 500 m² avec toutes les prestations qui s’y rattachent. 9 Chemin Canto Cigalo 13210 Saint-Rémy-de-Provence Tél. +33 (0)4 90 92 04 40  info@vallondevalrugues.com

Les Baux-de-Provence

Ce village, perché sur un éperon rocheux, est l’un des plus beaux de France. Pour y parvenir, il faut cheminer parmi les ruelles historiques jalonnées d’échoppes artisanales et de restaurants typiques

Le musée des santons

Pendant le parcours, une halte s’impose au magnifique musée sur la fabrication des santons qui sont mis en situation. On peut y admirer les santons habillés qui mesurent entre 20 et 50 cm et les santons d’argile fabriqués avec la terre rouge d’Aubagne et de l’ocre jaune.

Enfin, nous arrivons au sommet de la colline à 245 m pour admirer la situation exceptionnelle et du haut du château le panorama est sans limites. Dans cette immensité, on remarque la cohabitation entre l’olivier et la vigne.

Direction la Camargue

Sur la route vers Les Saintes-Maries-de-La-Mer, il faut prévoir deux haltes.

Le Moulin de Daudet : Le secret de Maître Cornille, la chèvre de Monsieur Seguin, la mule du pape ! souvenirs d’enfance qui resurgissent en arrivant dans ce lieu chargé d’histoire. La source d’inspiration d’Alphonse Daudet se dresse devant nous et nous imaginons avec nostalgie les lettres de mon moulin.

Abbaye de Montmajour : Sur le mont Major, les moines bénédictins ont fondé l’abbaye de Saint-Pierre en 948, mais il faut attendre, pour un bel essor, le XVIIe siècle avec la venue de la congrégation de Saint-Maur. Son patrimoine est riche en histoire notamment sur la vie des moines, ainsi que les tombes creusées à même la roche. Paysage magnifique de la tour fortifiée qui inspira Van Gogh.

Après ces haltes culturelles et historiques, direction Les Saintes-Maries-de-La-Mer.

Le lodge Saint Hélène

Le Lodge Sainte Hélène est le rêve de tout voyageur en Camargue : toutes les chambres donnent sur la presqu’île de l’étang des Launes. Une belle transformation, car cet ancien refuge pour chasseurs a été complètement réaménagé en chambres individuelles de haut niveau dans l’esprit de la Camargue. Les canards nous accueillent devant la porte de la chambre. Chemin bas des Launes 13460 Les Saintes Maries de la Mer Tel : +33.04.90.97.83.29 resa@lodge-saintehelene.com

Saintes-Maries-de-la-Mer

Lieu célèbre par les pèlerinages qui s’y déroulent notamment le 24 mai où Roms, Manouches, Tsiganes et Gitans arrivent des quatre coins d’Europe et même d’autres continents pour vénérer leur Sainte, Sara la Noire. Cette commune qui est la troisième de France a été construite autour de son église des XIe et XIIe siècles.

La poursuite de notre périple nous permet d’admirer la beauté sauvage des paysages camarguais.

Nous arrivons à L’Estelle, un hôtel de luxe avec l’esprit d’une maison d’hôte pour nous rendre au restaurant gastronomique situé près de la piscine avec une vue imprenable sur la Camargue. L’Estelle en Camargue Route du Petit-Rhône D38 F-13460 Les Stes-Maries-de-la-Mer Tél  +33 490 97 89 01 reception@hotelestelle.com

Les prix sont corrects eu égard au cadre luxueux de cet établissement, il faut compter 60 € à midi pour entrée, plat, fromage ou dessert.

Un beau souvenir d’une pause à Maussane avec Nicole et Claude

Notre voyage touche à sa fin et nous remercions nos amis Nicole et Claude qui nous ont accompagnés lors de cette découverte et nous vous disons à très bientôt pour de nouvelles aventures.

PRO Paul et Raydo Obadia avril 2019
Photos PRO et Nicole Grimaldi
Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement gratuit : https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu

Pour lire la carte cliquer ICI

GASTRONOMIE, Nice, RESTAURANT

LE PLONGEOIR

Si vous cherchez un restaurant avec une situation unique exceptionnelle sur la mer, où la cuisine est raffinée et bonne et où le service est parfait, nous vous proposons de rendre visite à cet établissement dénommé le Plongeoir.

Situation et historique :

Cet emplacement n’a pas d’égal.Situé à Nice, BD Franck Pilate sur deux rochers surplombants la mer fait partie des lieux mythiques de Nice depuis 1862. Au commencement, deux constructions prolongeaient le restaurant la Réserve, un luxueux kiosque et une étonnante goélette en ciment baptisée « l’inflexible », les deux structures étant reliées par une passerelle. C’était l’endroit où il fallait être pour boire un thé ou assister à une soirée dansante.

La situation au la fin du XIXe siècle © Éditions Gilletta
Le Plongeoir par René Livieri

En 1941 « l’inflexible » subît des dommages et l’architecte René LIVIERI créa sur les deux rochers, un plongeoir ouvrage style Art déco sur trois niveaux avec un escalier très célèbre, ainsi qu’un restaurant de plage à la place du kiosque. Cet endroit devint le point de ralliement de générations de niçois. Les restaurants s’y succèdent. Jusqu’à ce que le site soit laissé à l’abandon voici quelques années.

Toutefois, il reste ancré dans la nostalgie des Niçois et parmi eux, Marc DUSSOULIER, un professionnel de la restauration, décide de redonner une nouvelle vie à cet endroit. Nous lui avons posé la question du pourquoi devenir propriétaire en créant un tel restaurant :  C’est un coup de cœur, mon emplacement préféré à Nice, c’est faire revivre ce lieu mythique datant des années Belle Époque, sur la mer.

Le plongeoir aujourd’hui

C’est ainsi que le 5 juin 2015, Le Plongeoir ouvre ses tables au public. Cependant, quelques erreurs de casting viennent contrarier le devenir de cet établissement jusqu’à ce que deux nouveaux arrivants viennent corriger le cap de ce restaurant sur l’eau.

Christophe Prosper et Marc Dussoulier

Tout d’abord, en mars 2017, Christophe PROSPER est nommé directeur du Plongeoir. Christophe est connu dans le monde de la gastronomie pour avoir fait une longue carrière au grand hôtel de Saint Jean Cap Ferrat, 25 ans dont 19 en tant que directeur du Restaurant Le Cap. De plus, Christophe PROSPER est formateur et transmet ses connaissances au CFA Paul Augier ainsi qu’à l’IAE.

Aujourd’hui, il est entouré d’une équipe dynamique et dont l’objectif et d’effectuer un service de qualité pour mettre en situation les plats préparés par le Chef Gregory MELANI et son équipe.

Gregory Mélanie et son second Arnaud

Gregory MELANI est le Chef de cuisine depuis peu. Sa carrière est jalonnée par la fréquentation de grandes adresses. Après des études au Lycée Paul Augier, Il travaille au Negresco, chez Issautier, puis second de cuisine au restaurant du cap, avec le MOF, Didier Anies. Celui-ci lui transmettra les principes immuables d’une grande cuisine et deviendra une source d’inspiration. Il est recruté comme second de cuisine au Plongeoir pour en devenir le chef, depuis 2019.

La carte

La carte comporte 3 entrées et deux compositions à partager, 3 plats et 3 desserts

À partager pour deux personnes

Tempura de Crevettes, Fleurs et crème de Courgettes, chutney de Tomates épicées
Antipasti du Plongeoir

Les entrées

Quinoa à la Carotte, caviar de Pamplemousse au Basilic, Œuf croustillant, crémeux de Courgettes

Plats et Suggestions du jour

Risotto Carnaroli crémeux, fricassé d’Encornets, tomates confites, olives et copeaux de vieux parmesan

Les formules de midi

Entrée + plat 29 €
Entrée + plat + dessert 34 €
Sauf Samedi-Dimanche et jours fériés

Pour presque tout savoir

Marc DUSSOULIER est aussi co-gérant avec les moines de Lerins pour la gestion du restaurant La tonnelle sur Île Saint-Honorat. Il n’a pas voulu nous confier ses restaurants de prédilection tant ils sont nombreux.

Christophe PROSPER est aussi Parrain bénévole à la mission locale 06 et ses restaurants favoris sont le comptoir du marché, le séjour café, la Chèvre d’or et bien d’autres.

Quant à Gregory MELANI, ses choix se fixeraient sur Olive et Artichaut, Les sens, le Bistrot du port.
Le restaurant le Plongeoir est ouvert de 10h00 à 18h00 tous les jours sauf le mardi de mi-mars à mi-novembre et le soir lorsque les beaux jours le permettent.
LE PLONGEOIR
60 boulevard Franck Pilatte – 06300 Nice
04 93 26 53 02 mail. contact@leplongeoir.com http://www.leplongeoir.com/
Photos PRO, Édition Gilletta, Le Plongeoir

Pro Paul et Raydo Obadia avril 2019

Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement. : https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu