BRETAGNE, DECOUVERTE, GASTRONOMIE, Nice, RESTAURANT

Mon Petit Café

Avant d’entrer dans le vif du sujet comme nous avons coutume de procéder, nous allons vous raconter une histoire. Cette fois-ci, il s’agit de l’histoire de la famille GEILLE.

Le fils, ROBIN a accompli toute sa scolarité à Nice et a poursuivi ses études à ESRA (École axée sur l’audio-visuel). Ses études terminées, il part au Luxembourg dans le secteur de l’animation 3D. Une occasion le rappelle à Nice, voici quatre ans, pour créer un restaurant : Mon Petit Café rue Grimaldi. Il est vrai que toute sa jeunesse, il a baigné dans les établissements de ses parents.Tous les midis je déjeunais au restaurant, je me suis même initié à la cuisine et la plonge.

La fille, MARINA, nous avons déjà évoqué sa carrière dans notre article sur le Séjour Café, elle est diplômée en communication et commence une carrière à Paris. Mais l’appel de Nice et de la restauration est plus fort que tout et c’est sans hésiter qu’elle répond positivement au projet de création d’un restaurant à Nice avec ses parents.

La mère, MARILENE, d’origine vénitienne, réussit très bien une carrière de responsable des relations publiques dans une célèbre marque de champagne, pour ensuite développer avec son mari toute une activité dans la restauration. Elle adore ses clients et le contact passe très facilement.

Le Père, RENAUD, ses racines bretonnes sont toujours en lui. Nous comprenons mieux, pourquoi après avoir parcouru l’Afrique en tant que directeur chez Unilever et consultant pour PME, il revient à ses premières amours et honore la mer en créant des restaurants. Tout d’abord dans sa région natale, le Bistrot du Port à Quiberon, puis à Menton et à Nice pour créer :  les Viviers. En 2006, il met un terme à sa carrière, mais il n’est jamais loin des deux restaurants de ses enfants.

L’ADN DE LA MER

Les grands-parents :

Du côté de la branche maternelle, c’est l’Italie et plus particulièrement Venise avec MARIA , la Mamma qui a bercé l’enfance de sa fille et de ses petits-enfants. Elle a inculqué le sens de la famille joyeuse et la transmission du bon goût des risottos, des ragoûts et autres spécialités. Le plaisir de l’accueil restera une constante de la famille.

La mer est le lien qui unit cette famille et le grand-père paternel breton n’y échappe pas. Très bon pêcheur de bar, Marina et Robin se souviennent de sa grand-mère qui disait :  « Mais NORBET, des bars de 6kgs j’en ai déjà plein le congélateur ». Et pour varier les menus, les petits enfants allaient pêcher les crevettes pour les déguster avec les légumes du jardin de la mamie.

Cette famille possède de nombreux points communs :
• Ils ont tous commencé une carrière avant de devenir restaurateurs.
• la première lettre de leurs prénoms (un M pour la branche féminine et un R pour la masculine).
• Ils partagent le sens de l’hospitalité, la gastronomie, les beaux et bons produits, le terroir, l’accueil, la famille et les amis.
• Le restaurant Mon Petit Café, n’échappe pas à la règle.

Le décor :

C’est un peu comme à la maison, avec toujours un clin d’œil à la mer

le chef

Le chef DAVID ANGELOT est à la barre depuis trois ans.  la quarantaine passée, il, possède une solide une expérience à Paris qui commence  en 1997 avec Alain Passard à l’Arpège, 3 étoiles au Michelin puis le Jamin, 2 étoiles chez notre célèbre ami Joël Robuchon.  Il poursuit à l’Ambroisie avec Bernard Pacaud, 3 étoiles au Michelin, avec Christian Le Squer au Pavillon Ledoyen 3 étoiles au Michelin, le bistro-gastro le Caméleon, la Cristal Room Baccarat et enfin à Calvi à Émile’s. Depuis trois ans, il gère la destinée de Mon Petit Café.

La formule

La formule est semblable à celle du Séjour Café, à savoir, une ardoise qui varie en fonction des saisons et qui comporte en moyenne 5 entrées, 5 plats, 5 desserts. Mais chaque chef a sa touche personnelle . Voici deux exemples de Mon Petit Café.

Les affiliations et distinctions de Mon petit café

Maîtres Restaurateurs qui sont une reconnaissance de la qualité et du respect de certaines règles de base pour la satisfaction du consommateur
Une assiette au guide Michelin
Collège Culinaire de France qui est une reconnaissance des pairs fondateurs de cette association qui a pour but de fédérer tous celles et ceux qui partagent les mêmes valeurs et les mêmes pratiques du métier d’artisan restaurateur.

Questions à Robin Geille

Les réseaux sociaux : très importants car ils permettent de communiquer et de présenter des photos
Les avis sur internet : indispensables aujourd’hui, car les internautes font des recoupements, ils passent de Tripadvisor à Google en consultant le Michelin
Quel est votre plat préféré : Fritto Misto sans hésitation, mais celui qui est bien fait.
Les deux restaurants de prédilection :


Le Petit Hôtel du Grand Large 11 Quai Saint-Ivy, 56510 ST PIERRE QUIBERON +33 2 97 30 91 61
Balzi Rossi Via Balzi Rossi, 2, 18039 VENTIMILLE Italie +39 0184 38132

Pour ne pas conclure…

Un restaurant à taille humaine, chaleureux, accueillant, avec une excellente cuisine du marché, fréquenté par une clientèle locale et des touristes qui viennent et reviennent.

Pour presque tout savoir

Mon Petit café 11 bis rue Grimaldi 06000 Nice +33 4 97 20 55 36
http://www.monpetitcafe-nice.com/  
Facebook et Istagramm @monpetitcafenice

Pour lire l’article sur le séjour café, cliquez ICI

PRO Paul et Raydo Obadia septembre 2019
Photos PRO et Instagram

Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement gratuit : https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu

DECOUVERTE, GASTRONOMIE, HÔTEL, Nice, RESTAURANT

L’arrière pays de Nice

L’avantage des Alpes Maritimes c’est de pouvoir se dépayser rapidement et de passer en moins de 100 kilomètres de la mer à la montagne. En été, il est parfois agréable d’opter pour respirer un bon bol d’air frais des montagnes environnantes. Dans cet article nous présentons nos deux escapades dans les vallées.

Le Boréon

Direction SAINT-MARTIN-VESUBIE qu’on appelle communément la suisse niçoise, pour son environnement exceptionnel et sa douceur de vivre. À 8 km, Le BORÉON autour de son lac, s’ouvre sur la zone au cœur du Parc national du Mercantour.
Pour atteindre le BORÉON , comptez en moyenne 1 h 30 depuis l’aéroport de Nice. En arrivant, vous ne pouvez pas éviter le Parc Alpha, parc animalier pour faire « connaissance » avec les loups. Nous n’avons pas l’habitude de commenter de façon négative nos découvertes, cependant, nous avons été déçus par ce parc Le prix n’était pas à la hauteur de nos espérances. Rien de palpitant. À part cette mésaventure, le parc naturel est beau et pédagogique.

L’Alpage

Nous avions réservé au restaurant l’Alpage. Un endroit typiquement montagnard qui propose charcuterie artisanale locale et tome de montagne, camembert au four, plats du terroir maison, desserts maison. Nous avons bien apprécié le camembert au four et la truite façon aïoli.
L’ALPAGE Le Boréon, 06450 Saint-Martin-Vésubie, France +33 4 93 02 72 33

Après une bonne restauration, les ballades sont fort nombreuses et permettent de découvrir le paysage montagneux des alpes.

La Gordolasque

Même direction que pour l’autre vallée, mais à Belvedere, il faut bifurquer vers la vallée de la GORDOLASQUE. Depuis l’aéroport, il faut compter environ 1 h 30, attention la route est très étroite. La Gordolasque est une rivière qui prend sa source à 2 675 m d’altitude pour se jeter ensuite dans la Vésubie. Elle alimente aussi le lac de la Fous afin d’approvisionner la turbine de l’EDF. Cette vallée est le paradis des amoureux de la nature, mais aussi en saison celui des pécheurs qui crapahutent le long de la rivière. (voir la vidéo en fin d’article sur notre ami Jean-Claude Filippi un pêcheur talentueux et passionné de pêche à la mouche).

Le Relais des Merveilles

Voici le gîte étape pour dormir et se restaurer. La partie hôtelière compte 4 chambres et un dortoir, le restaurant peut accueillir 60 personnes. Comme nous étions pour la journée, nous avons testé le restaurant. C’est le restaurant de montagne par excellence, avec sa spécificité : les raviolis aux épinards sauvages. Les truites sont toutes fraîches et proviennent du vivier de l’établissement.
Le relais des Merveilles route de la Gordolasque 06450 Belvédère Tél. : 04 93 03 43 55

Les balades de la Gordolaque

Après le gîte, il faut de diriger vers le pont du Countet (3 minutes en voiture) qui est le point de départ de nombreuses randonnées. Pour ceux qui ne souhaitent pas se lancer dans de grandes marches, un beau sentier mène à la Cabane sous la roche qui a été un des lieux du tournage du feuilleton des années 60 : BELLE ET SÉBASTIEN.

la vallée des Merveilles

Mais la véritable randonnée c’est la vallée des merveilles dont le point de départ est le « Pont du Countet ». Il faut compter 7h30 aller-retour avec un dénivelle de 1221 mètres en passant par le pas de l’Arpette. Novices, adressez-vous à RANDOXYGENE le site du département 06 qui vous permettra de choisir un guide ou une randonnée collective. Si vous faites cette démarche vous aurez la récompense de découvrir un panorama merveilleux de voir la fameuse gravure rupestre : le sorcier. Attention vous êtes dans le Parc du Mercantour avec certaines réserves à respecter.

la vallée des merveilles et son fameux sorcier

Notre périple est terminé. Cela fait du bien de quitter NIce pour respirer le bon air des montagnes et admirer autre chose que la Méditerranée.

PRO Paul et Raydo Obadia Août 2019
Photos PRO, Randoxygène et Intagramm

Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement gratuit : https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu

CANADA, GASTRONOMIE, Nice, RESTAURANT

BOOTGRILL un restaurant venu d’ailleurs

Nous avons rencontré le concepteur du restaurant BOOTGRILL, Thierry CORNUET. C’est un personnage qui demande à être connu à plus d’un titre.

Du cidre de glace au barbecue.

Thierry CORNUET est un Canadien, né à Hemmingford (45 minutes de Montréal en direction de la frontière avec les États Unis), qui a émigré en France pour présenter le cidre de glace et le sirop d’érable. En fait, nous le connaissions en tant qu’organisateur de la Foire de Nice, puisqu’à l’époque il était exposant. Les foires et salons étaient ses lieux de prédilection. Mais les attentats du 13 novembre 2015 à Paris en ont fait une victime collatérale du terrorisme d’un point de vue financier. De retour à NICE, il s’aventure dans une expérience qui a mal tourné. Un matin de juillet 2017, une odeur de barbecue lui rappelle ses origines amérindiennes. Il achète une tente à 39 €, un réfrigérateur, une machine à café, prend son « weber » (appareil de cuisson au barbecue) et s’installe sur la route de Grenoble. Les clients, par l’odeur alléchés, commencent à apprécier et le bouche-à-oreille fait le reste. Nous confirmons que c’est exceptionnel. Parmi les clients, Les Monégasques sont très nombreux à apprécier l’endroit.

Qualité, qualité, qualité.

Ici, c’est simple et bon.

Le décor est à l’image de Thierry, à l’extérieur à l’ombre des arbres et près de la cabane à barbecue, dans la salle extérieure où tous les produits et les souvenirs de Thierry sont exposés. Tout est servi de façon authentique sur des tables avec des sets de table façon papier journal, sur des planches en bois ou directement de la poêle.

Son passé de rugbyman et d’exposant dans les salons gastronomiques lui a permis de nouer des relations authentiques pour la recherche du bon produit. Ici, c’est la constance dans la qualité et c’est avec un soin tout particulier que Thierry CORNUET recherche ses fournisseurs parmi les meilleurs.

Le barbecue.

Le produit roi c’est la viande au barbecue, car au Canada, c’est le symbole de la fête et de la bonne ambiance. C’est tout un cérémonial qui commence trois jours avant avec les marinades, les macérations, les sauces, les boissons.

La carte.

Toutes les grillades sont au feu de bois et au charbon non traite.

Épaule de porcelet cuisson lente

Le coin du curieux.

Viande maturée : Comme le vin s’améliore en vieillissant, les fromages deviennent plus goûteux avec l’affinage, la viande se bonifie avec le temps. Cependant pour réussir, il faut respecter certaines règles. Il faut tout d’abord, une viande de race exceptionnelle, persillées et avec un bon grain, ensuite, seuls certains morceaux peuvent être maturés (entrecôte, faux- filet, filet, côtes de bœuf et une partie du rumsteak). Enfin, il faut une chambre froide pour conserver la viande de 15 à 100 jours). Le principe c’est le gras qui va souffrir pour protéger la viande. Le rôle du boucher est déterminant pour la réussite de la maturation.

Bootgrill est un hommage aux Bootleggers. Surnom donné aux trafiquants d’alcool d’Amérique du Nord durant la période 1917 à 1935. Dérivé de boot à cause de l’habitude des contrebandiers de cacher leur marchandise dans leurs bottes.

Mieux connaître Thierry Cornuet.

Ses origines : Il est amérindien de la tribu des Hurons et sa mère est française. La famille c’est sacré pour lui.
Son caractère : il a un tempérament d’entrepreneur, il est juste et droit. Une de ses phrases : « tu ne sais jamais ce que tu vaux tant que tu n’es pas à côté d’un précipice »
Ses projets : il en a plein la tête et ils sont nombreux, Aix, Beuil, un déménagement… Il souhaite augmenter les produits de la marque Bootgrill, qui sont déjà nombreux : vins, rhums, casquettes, tablier, chapeau, sauces, pickles, couteaux…
Sa fondation : Pour son fils Gaspard, il a créé une fondation afin d’aider ceux qui ont en besoin. Il reverse 3€ par produit dérivé vendu pour alimenter la fondation.
Ses plats préférés : Ribs de porc et les fraises à la crème de sa grand-mère qui était cordon bleu. À ce propos, demandez-lui la fable de sa grand-mère : le merle et le corbeau…

Une création Bootgrill

Ses Restaurants de prédilection

Bistrot d’Antoine Armand Crespo 27 Rue de la Préfecture, 06300 Nice sur le blog
Goupil : 21 Rue Barla, 06300 Nice
Franchin : 10 Rue Massenet, 06000 Nice
Les Plaisirs : 2 Calada Dau Gourguet, 06440 Peillon sur ce blog

Les infos pratiques

Boot Grill
328 bd du Mercantour
06200 Nice

(1.5 km après Nice-Matin)

Comme le restaurant Bootgrill est en retrait du 328 Bd du Mercantour (ex route de Grenoble) regardez bien le panneau publicitaire avec l’indication Parking avec un flèche

Bootgrill
+33(0)785 96 99 87
reservations@bootgrill.fr
www.bootgrill-restaurant-nice.com

Un grand merci à Gilbert MELKONIAN qui a permis ce grand moment de partage avec Thierry CORNUET

PRO Paul et Raydo Obadia août 2019
Photos PRO

Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement gratuit : https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu

Nice, RESTAURANT

Les Plaisirs le restaurant à Peillon

L’arrière-pays niçois est riche à plus d’un titre et nous avons découvert dans un village perché, un restaurant qui mérite le détour. Il s’agit du restaurant «LES PLAISIRS ».

À environ une demi-heure de voiture de Nice en direction de l’est par la pénétrante vers Drap, nous avons découvert l’un des plus beaux villages de l’arrière-pays. Son architecture typiquement médiévale avec son empilement, ses passages voûtés, ses petits escaliers tortueux vous plongent dans un autre monde où la voiture s’arrête, là où commence la montée pédestre.

Le couteau ou la plume

Romain CLAVEL le patron, chef, serveur, jardinier, acheteur est un jeune homme qui vient de franchir le cap de ses trente ans et qui aurait pu être écrivain ou cuisinier. En effet, son grand-père paternel n’est autre que Bernard CLAVEL le célèbre romancier qui obtint le prix Goncourt en 1968 pour les fruits de l’hiver. Quant à sa mère et ses grands-parents Aimée et Raymond MILLO, ils étaient les fondateurs de l’Auberge de la Madone à Peillon. Tout petit il est tombé dans la marmite et apprend la cuisine par mimétisme. Cependant, pour parfaire sa formation, il suit le cursus de l’école Vatel à Nîmes en Gestion Hôtelière. Pour son diplôme, il écrit une thèse sur la création d’un restaurant. Puis à 21 ans, il passe de la théorie à la pratique avec la réalisation du restaurant LES PLAISIRS à Peillon et devient l’un des plus jeunes chefs propriétaires. Auparavant, il avait fait des stages au Mandarin Oriental de Londres, et à l’Hermitage de Monaco.

Un passé surprenant.

Romain évoque ce passé avec émotion, c’était l’ancienne maison de Pierre Brasseur et Catherine Sauvage. En effet, Peillon vers 1960 a été fréquenté par de nombreux artistes et Pierre Brasseur décida d’acheter une bergerie pour en faire un pied à terre. Ce fut d’abord un rendez-vous d’artistes, Julien Clerc, Michel Drucker.. Pour accueillir ensuite le Variétés Club de France de Foot avec Jacques Vandroux et Thierry Roland. Claude Brasseur vendit la maison en 1980.

Aujourd’hui, Romain Clavel veut conserver cette spiritualité artistique mais, dans le secteur de la cuisine et donc prolonger le destin hors-norme de cette petite maison.

Qualité et Invention.

Le chef est avant tout un jardinier qui possède son potager et quand cela ne lui suffit pas il se sert chez des collègues proches à La Grave de Peille et Laghet pour les légumes. Il est aussi sélectif pour la viande et le poisson. Pour la viande, il choisit uniquement de petits producteurs labellisés ou bio.

Ici, la carte change tous les jours, et Romain compose son menu en fonction des produits qu’il trouve, de son inspiration et de son désir de partager. À noter qu’il fait lui-même son pain.

Lorsque nous y étions nous avons eu pour commencer des beignets de fleurs de courgette en amuse-bouche puis le choix en trois entrées :

Pissaladière, Saumon Gravelax ou Tarte à la courgette

Comme plats : Suprême de canette rôtie au four ou Cotes de cochon à partager (pour deux) ou Merlu cuit à l’unilatéral, le tout accompagné d’un délicieux gratin dauphinois.

Pour les desserts Tarte à l’abricot avec glace gingembre miel et cannelle ou Pêche pochée avec glace au cacao avec du sirop d’agave en guise de sucre.

Tous les jours c’est différent, en fait Romain souhaite avant tout que son établissement soit un lieu de partage, où l’on vient comme à la maison ou chez des amis. Le vin est excellent cependant, il souhaite que la carte des vins soit abordable et ouverte à tous.

La carte du jour est à 32 €, il existe aussi une formule à 22 € Entrée plat ou plat dessert.  Seulement 22 couverts maximum.

Mieux connaître Romain CLAVEL

Il porte une coiffe de corsaire pour cacher ses cheveux longs, mais pour aussi affirmer son esprit rebelle. Il considère que les réseaux sociaux sont importants, mais aime mieux le langage direct du client, plutôt que le commentaire a posteriori.

Il aime plus cuisiner la viande que le poisson et plus particulièrement le cochon.

Si vous invitez Romain, ce qui lui ferait le plus plaisir : un morceau de pain grillé frotté à l’ail avec de l’huile d’olive et une tomate écrasée.

Romain ne se voit pas exercer un autre métier, si par extraordinaire, il n’avait plus la flamme, il deviendrait maraîcher et vendrait sa production.

Quand il n’est pas à Peillon, il aime aller :

Le Séjour Café : 11 rue Grimaldi 06000 Nice (Pour lire notre article, cliquez ICI)
Les Bacchanales : 247 Avenue de Provence, 06140 Vence
Le Café du Coin : 16 Place Jules Lisnard, 06220 Vallauris

Le Plus :

En 2019 les plaisirs ont obtenu un Bib Gourmand MICHELIN qui récompense les bonnes petites tables et Romain nous confit que cela lui a permis d’attirer une clientèle locale, alors qu’avec TripAdvisor, c’était plus international.

Sa maman, Marie-José, n’est jamais très loin et l’aide dans son activité quotidienne.

Au fait, pourquoi l’avoir appelé LES PLAISIRS ? « Parce que c’est tous les plaisirs : bien manger, bien boire, bien discuter. L’essence même de la vie? c’est le plaisir. Ici, tous les clients sont célèbres à leur manière, ce sont les clients qui me font voyager. »

Les Plaisirs : 2, rue Puada dau Gourguet 06440 Peillon
04 93 87 06 01 – 06 14 16 70 84
romain.clavel@gmail.com
https://www.lesplaisirs-peillon.com/contact
https://www.facebook.com/LesPlaisirsPeillon/

PRO Paul et Raydo Obadia juin 2019
Photos PRO
Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement gratuit : https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu

Art, États Unis, BIO, BRETAGNE, CANADA, CANCER, COURS SALEYA, DECOUVERTE, GASTRONOMIE, HÔTEL, JAPON, MEDECINE, Nice, PORTUGAL, RESTAURANT, SANTE

acomme.blog fête ses 3 ans

Comme le temps passe, déjà trois ans que nous avons commencé à écrire notre premier article. En guise de gâteau d’anniversaire, nous avons pensé réaliser un « spécial trois ans » avec les articles qui sont toujours consultés. Notre plus grande surprise réside dans le fait que les lecteurs sont issus d’une centaine de pays. Pas un jour sans consultations. En tant que concepteur d’un site gratuit, c’est notre plus belle récompense. Merci beaucoup pour votre fidélité.

Pour vous donner un aperçu de nos articles, nous avons repris la classification en quatre secteurs et présenté les contenus pas ordre alphabétique, avec une image, un commentaire et un lien pour accéder au contenu, si le cœur vous en dit.

L’article le plus lu

Chaque semaine cet article est consulté :
Le CYCLOTRON : un appareil méconnu pour guérir le cancer de l’œil. Pour lire L’article, cliquez ICI.

Les voyages

Le Canada

À La découverte de la belle province : Montréal. Pour lire l’article, cliquez ICI.

De Québec à Tadoussac pour voir les baleines. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Le Canada tel qu’on l’aime avec la capitale, Ottawa, la gigantesque Toronto et les chutes du Niagara. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Les États-Unis

Chicago, l’une des plus belles villes des États-Unis. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Washington, la capitale aux multiples facettes. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Le Japon

Merveilleux voyage au Japon pour découvrir Tokyo et Kyoto. Pour commencer à lire l’article, cliquez ICI.

Toujours à Tokyo pour les temples en centre-ville
Pour lire l’article, cliquez ICI.

Tokyo, telle qu’on l’aime avec une croisière dans la baie. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Destination Kyoto pour le Japon tel qu’on l’imagine.
Pour lire l’article, cliquez ICI.

Direction Kamakura à Daibutsu, le grand Bouddha
Pour lire l’article, cliquez ICI.

Retour à Tokyo, une dernière visite dans cette ville trépidante avant le départ. Pour lire l’article, cliquez ICI

Le Portugal

À la découverte de Lisbonne.
Pour commencer à lire l’article, cliquez ICI.

Vers l’ouest les circuits Adraga et Sintra
Pour lire l’article, cliquez ICI.

L’estuaire du Tage avec le Cristo Rei
Pour lire l’article, cliquez ICI.

Les transports à Lisbonne
Pour lire l’article, Cliquez ICI.

Au sud du Portugal Faro et ses environs dans la région de L’Algarve et son immensité.
Pour Lire l’article, cliquez ICI.

La France

Région authentique, Brest et sa région
Pour lire l’article, cliquez ICI.

Le domaine de Courchevel en raquettes. Pour lire l’article, cliquez ICI

De Provence à la Camargue, une région qui a de l’accent. Pour lire l’article, cliquez ICI

Les restaurants

ANTICA TRATTORIA GARIBALDI, une trattoria dans un décor de Federico Fellini à BORDIGHERA. Pour lire l’article, cliquez ICI.

CAFÉ PAULETTE à Nice, un restaurant pas comme les autres. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Chabrol Nice, à découvrir pour la « Pitance » d’un nouveau genre. Pour lire l’article, cliquez ICI.

DAME NATURE, le restaurant Bio-gourmand à Saint-Laurent-du-Var. Pour lire l’article, cliquez ICI.

L’ATELIER D’ÉMILE, sur le port de BEAULIEU SUR MER, une création de l’ « AFRICAN QUEEN ». Pour lire l’article, cliquez ICI.

LE LASCAR le bar à cocktails, bar à tapas avec cuisine bistronomique. Pour lire l’article, cliquez ICI.

LE PLONGEOIR, le restaurant à Nice, les pieds dans l’eau. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Le Séjour Café Nice, quand la bonne cuisine, fait alliance avec une excellente cuisine. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Les Agitateurs Nice, quand 3 anciens de l’Institut Paul BOCUSE se rencontrent, l’innovation est au rendez-vous. Pour lire l’article, cliquez ICI.

La Belle Étoile dans les ruelles de Villefranche-sur-mer, de très bonnes compositions sans gluten. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Oh ce Cours, sur le cours Saleya à Nice, Marie-Thé, étale son savoir-faire de spécialités niçoises. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Ostéria Magiargé Vini e Cucina à Bordighera, c’est la vraie cuisine italienne dans un décor de cinéma. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Receta de Jou : Marco Seassau, un ancien cheminot au piano pour partager sa cuisine niçoise. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Les Portraits et les découvertes

Antoine Graff, un artiste spécialisé dans la mise en plis. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Bernard Flipo, médecin malgré lui. Un engagement quotidien. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Denis FERAULT, Proviseur à Paul Augier Nice, est différent, il est MOF. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Gilbert Melkonian, aux manettes de la salle Nikaïa. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Joël Robuchon a présidé le salon Agecotel aux côtés de Paul Obadia pendant 4 éditions. Un homme simple et brillant. Pour lire l’article, cliquez ICI.

La fin des pépins. Henri BESTAGNO, dit Gino, a consacré sa vie aux parapluies et ombrelles. Pour lire l’article, cliquez ICI.

L’empereur de la Socca, Roland DE ZORDO est un personnage incontournable à écouter. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Le Ponant, merveilleux navire à taille humaine pour des croisières idéales. Pour lire l’article, cliquer ICI.

Le yoga des yeux. Conférence pendant le salon Bionazur. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Le nom des MALACARNE est indissociable de l’histoire du RUHL PLAGE, depuis sa création en 1920. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Pierre BORD, a dirigé de nombreux établissements prestigieux, le Négresco, l’Hôtel de Paris, le Richemond, le Royal Évian, Pour lire l’article, cliquez ICI.

Marc Bailliart, ancien directeur régional d’Air-France. Une vie en mouvement. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Découvertes

Mathieu Houlbert artisan créateur de vélo en bois sur mesure, pièce unique et numérotée. Pour lire l’article, cliquez ICI.

MANGEZ MIEUX : UN BIENFAIT POUR VOTRE CERVEAU. Pour lire l’article, cliquez ICI.

Paul Raymonde Obadia juillet 2019
Photos PRO et amis

PRO Paul et Raydo Obadia juin 2019
Photos PRO
Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement gratuit : https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu

GASTRONOMIE, Nice, RESTAURANT

SÉJOUR CAFÉ

Sept ans déjà que le séjour café a été créé à Nice et le succès est toujours au rendez-vous. Nous avons souhaité en connaître les raisons.

Avant tout une affaire de famille.
● C’est comme à la maison
● Un chef à la hauteur des espérances

● Une carte qui évolue

Avant tout une affaire de famille

Il existe dans cette famille des gênes culinaires indéniables qui se transmettent à tous les membres avec une règle d’or : servir du très bon. Il est vrai qu’un grand-père pêcheur de bars, une grand-mère, pour qui le homard n’avait plus de secret. Un père et une mère qui ont délaissé des situations confortables pour revenir à leurs premières amours : la restauration. Quiberon, Menton, Nice avec les Viviers, Renaud et Marilène Geille sont des exemples de réussite dans ce secteur si évolutif. (Photo de Marina)

C’est donc sans surprise que nous apprenons que Marina Geille abandonne sa carrière dans la communication à Paris pour créer avec ses parents le séjour café. Nous verrons dans un autre article que son frère Robin, n’échappe pas à la règle puisqu’il a créé « Mon Petit Café », tout juste à côté du séjour Café. Pour l’anecdote, le mari de Marina est chef !

Comme à la maison.

Marina nous accueille comme chez elle, d’ailleurs elle nous explique que le nom du restaurant a été choisi spécialement pour recréer une ambiance d’une famille qui reçoit ses amis dans leur séjour. De plus, l’agencement rappelle un intérieur de maison avec une alcôve bardée de souvenirs personnels qui mêlent les origines bretonnes de son père et la finesse de la décoration de sa mère, une Vénitienne.

Un chef à la hauteur des espérances.

Si l’accueil est parfait, il en est de même du chef Nicolas Mendjisky qui s’exprime avec passion pour illustrer ses créations. Son métier, il l’a appris avec un Maître rigoureux et exigeant Christian Plumail (une étoile ) . Ici, tout est bon et beau, le décor est aussi dans l’assiette, on ressent le désir de faire plaisir. Le chef est secondé par Victorien et Kamara.

Une carte qui évolue.

L’ardoise sert de carte. Chaque jour, elle évolue au gré du marché et propose entre 5 et 6 entrées 6 à 7 plats et 6 à 8 desserts. Une ardoise bien sympathique. Pour ceux qui sont pressés, la formule le séjour café express à 18 € uniquement à midi du mardi au vendredi. Nous avons été très satisfaits par nos choix, c’était succulent. Voici l’exemple de 2 cartes.

Parmi les desserts

Les affiliations.

Maîtres Restaurateurs qui attestent de la qualité et du respect de certaines règles de base pour la satisfaction du consommateur.
Collège Culinaire de France qui est une reconnaissance des pairs fondateurs de cette association qui fédère tous celles et ceux qui partagent les mêmes valeurs et les mêmes pratiques du métier d’artisan restaurateur.

Les réseaux sociaux : Marina reconnaît leur importance dans la restauration moderne. C’est un moyen de communiquer rapidement avec le potentiel local et international.††

Au fait, quand Marina décide d’aller au restaurant voici ses choix :

Son atavisme la conduit vers la proche Italie, San Remo ou Alassio et plus particulièrement au restaurant Lamberti, un restaurant italien d’un autre type surtout en novembre pour déguster la truffe blanche que l’on râpe à la demande. Adresse : Via Antonio Gramsci, 57, 17021 Alassio SV, Italie téléphone : +39 0182 642747

Peillon Restaurant les plaisirs de Romain Clavel pour une cuisine de terroir simple et authentique.2 Calada Dau Gourguet, 06440 Peillon     Tél. : 04 93 87 06 01 et 06 14 16 70 84 ouvert à déjeuner seulement sauf le mercredi

Sporting au bord de mer chez Micaela DOUX pour une cuisine sympa. En Face du 25 Promenade des Anglais 04 93 87 18 10

À la question quel est votre plat favori ? Il n’y a pas beaucoup d’hésitation chez Marina dont les yeux scintillent avec la réponse émue : le turbot beurre blanc.

SÉJOUR CAFÉ
11, rue Grimaldi – 06000 Nice
04 97 20 55 35 il n’est pas possible de laisser un message téléphonique, Marina s’explique « on préfère communiquer directement avec le client ».
http://www.lesejourcafe-nice.com/

PRO Paul et Raydo Obadia juin 2019
Photos PRO
Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement gratuit : https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu

États Unis, GASTRONOMIE, Nice

WASHINGTON, l’étonnante

Après CHICAGO, direction WASHINGTON pour une visite familiale et touristique. Deux heures d’avion et nous atterrissons à Ronald Reagan, l’un des deux aéroports de la capitale.

Washington, dans le District de Columbia, souvent appelée Washington, DC, est la Capitale des États-Unis. Elle compte 702 455 habitants intra-muros et 6,2 millions avec son environnement métropolitain. Elle fut fondée en 1791 sur les rives du Potomac. L’architecture de Washington est marquée par une faible hauteur des bâtiments et d’importants espaces de verdure, la construction de gratte-ciel y est interdite. Les espaces à visiter sont nombreux, mais relativement concentrés. Nous en avons privilégié deux : d’une part, la Maison-Blanche avec tout à côté le National Mall, d’autre part le Cimetière d’Arlington. Puis nous avons continué notre découverte.

LA MAISON-BLANCHE et LE NATIONAL MALL

1- LA MAISON-BLANCHE : On ne peut aller à Washington sans passer devant cette si célèbre institution qui abrite le pouvoir des États-Unis. Nos deux premières impressions sont les suivantes : elle est moins imposante et effectivement très blanche. En tant qu’étranger, il n’est pas possible de visiter la Maison-Blanche, c’est rappelé sur le site de l’ambassade de France qui vous renvoie vers une visite virtuelle de cette institution qui date de plus de 200 ans. Le jour de notre visite, nous avons eu droit aussi à une manifestation.

2 – LE BÂTIMENT EISENHOWER DU BUREAU EXÉCUTIF : à proximité de la Maison-Blanche. On remarquera les deux canons qui ont été pris à la marine espagnole en 1898 après leur défaite face à la marine américaine.

3-LE BÂTIMENT DU TRÉSOR DES ÉTATS UNIS : il se trouve à l’arrière de la Maison-Blanche. C’est un édifice majestueux avec des colonnes sur les 3 côtés. Le bâtiment principal du Trésor a eu un impact considérable sur la conception des autres bâtiments du gouvernement. Ce fut l’un des plus grands immeubles de bureaux au monde. Il s’agit indéniablement d’un monument d’importance architecturale et historique permanente.
À proximité le centre historique et patrimonial vivant, bordé de nombreux musées, monuments et mémoriaux. Situé entre 2 autres incontournables de la ville, le Washington Monument et le Capitole il est dénommé le National Mall

4- LE WASHINGTON MONUMENT : est un obélisque de plus de 169 mètres de haut, inauguré le 21 février 1885 en l’honneur de George Washington, le premier président des États-Unis, et situé à Washington, D.C. fait de marbre, de grès et de granit, il est construit en maçonnerie. La visite de cet édifice reprendra en août 2019.
Les musées sont fort nombreux à Washington et vous aurez l’embarras du choix en fonction de vos centres d’intérêt. Voici le plus récent :



5 – LE MUSÉE NATIONAL DE L’HISTOIRE ET DE LA CULTURE AFRO-AMÉRICAINES :inauguré en septembre 2016 par le président Barack Obama et sa femme Michelle, ce musée traite l’esclavage, la ségrégation et la culture et le sport


6 – EN CONTINUANT VERS LE CAPITOLE : il existe de nombreux musées en fonction des centres d’intérêts de chacun.
HISTOIRE : sociale, politique, scientifique, militaire naturelle
ARTS : contemporain, moderne asiatique, africain, indien nord-américain
AIR ET ESPACE : la plus grande collection d’avions et de véhicules spatiaux du monde.

7- LE MGA SCULPTURE GARDEN : Une mention particulière pour cet emplacement en extérieur pour présenter plusieurs pièces de la collection de sculptures contemporaines. (Robert Indiana, Barry Flanagan, Sol Lewitt, Joan Miro.)

8- LE CAPITOLE ET SON CÉLÈBRE DÔME. Juste devant, le Mémorial Ulysses S. Grant honorant le général de la guerre de Sécession et Président des États-Unis. Concernant le Capitole, c’est le Président George Washington qui posa la première pierre de l’édifice au cours d’une cérémonie le 18 septembre 1793. C’est le siège du Congrès, le pouvoir législatif des États-Unis, comme notre assemblée nationale. C’est un mythique bâtiment 88 mètres de haut de 500 m de long pour une largeur de 400 m. Il représente souvent le symbole de Washington.

Le Capitole et devant le mémorial Capitaine Ulysses S. Grant

LE CIMETIÈRE D’ARLINGTON.

C’est l’un des plus importants cimetières. Plus de 290 000 personnes sont enterrées sur ce terrain, des anciens combattants de toutes les guerres américaines, de la guerre d’indépendance aux derniers conflits du XXIe siècle, guerre d’Irak ou d’Afghanistan, en passant par la guerre de Sécession, les deux guerres mondiales, la guerre de Corée et la guerre du Vietnam.

Le Cimetière est tellement grand que nous avons choisi le petit train pour faire le tour.
Un instant très émouvant, un arrêt à proximité de la tombe du président John Fitzgerald Kennedy, de son épouse Jacqueline Kennedy Onasis  et de deux de leurs enfants, Arabella Kennedy et Patrick Bouvier Kennedy. Une flamme permanente y brûle.

De nombreux mémoriaux sont érigés et dédiés à des êtres décédés tragiquement.  Parmi eux, citons 266 morts lors du naufrage du cuirassé USS Maine, ceux des navettes spatiales Challenger et Columbia. Les victimes de l’attentat terroriste contre le Pentagone le 11 septembre 2001; les 270 tués lors de l’explosion du vol 103 de la Pan Am au-dessus de Lockerbie en Écosse.

.

GEORGETOWN

C’est le quartier très branché de la capitale qui était auparavant une ville, nommée en l’honneur du Roi d’Angleterre de l’époque, George II. Situé près de la rivière Potomac, Georgetown, est aujourd’hui l’un des quartiers les plus vivants et les plus connus de la ville. Avec ses boutiques colorées, ses restaurants et toutes les activités, c’est un endroit très agréable.

DEEP CREEK LAKE ET WISP

Nous quittons la ville pour rejoindre le chalet familial qui est à Deep Creek Lake. C’est un lac situé dans l’État du Maryland à environ 3 heures de route de Washington. Le lac s’étend sur une surface de 16 km2  et 111 km de rivage à une altitude de 750 m.

C’est l’Amérique profonde avec ses us et coutumes. De nombreux habitants ont également un résidence secondaire et forment des communautés qui se respectent.

Il n’est pas rare d’apercevoir des biches qui se restaurent près des habitations.
La spécificité de cette région, c’est d’abriter une station de ski. Wisp est une station hivernale qui culmine à 949 mètres, mais qui ouvre en hiver 34 pistes. En été, surprise, c’est un lieu très prisé pour le rafting et le kayak. En 2014 les championnats du monde de Canoë-kayak ont eu lieu sur le parcours artificiel. Particularité on arrive en tapis roulant, avant de plonger dans les eaux déferlantes.

LES RESTAURANTS

Quelques expériences de restauration.

1 – PUCCINI : en revenant de Wisp vers Chicago nous nous sommes arrêtés dans cet établissement situé en bordure d’autoroute, nous avons été plus séduits pas le cadre que par les plats servis qui ne nous ont laissé aucun souvenir. 12901 Ali Ghan Rd NE, Cumberland, MD


2- LUPE VERDE ; un bon restaurant italien, le service est sympathique et les plats sont corrects. Comme il faisait bon, nous avons pu dîner dehors. Nous avons aimé le Fritto Misto, les artichauts frits et les pâtes Cacio et Pepe. Les prix sont relativement raisonnables. 1401 T St NW, Washington, DC 20009,


3 – LE CHAT NOIR : bon restaurant américain d’inspiration française. Les plats sont simples mais goûteux, le plat du jour était bon. Le service est parfait. 4907 Wisconsin Ave NW, Washington, DC.

4 CIRCA : bon restaurant américain qui sert des plats variés est excellents. Nous avons bien aimé le bol végétarien ainsi que la salade César au poulet qui était parfaite. Le dessert au chocolat délicieux. Accueil très sympathique et service impeccable. 3010 Clarendon Blvd  Arlington, VA 22201

5 LA PIQUETTE : Restaurant incontournable.
De l’avis de Ton Sietsema critique culinaire au Washington post, cet établissement est l’un de ses huit restaurants favoris à Washington. Nous sommes d’accord avec lui, voici un très bon restaurant français si ce n’est le meilleur à Washington. C’est tout le temps plein et très bon. Le patron est le chef français Francis LAYRLE nous a confirmé que le choix des produits est essentiel dans la réussite de ce qu’il présente dans l’assiette. Francis a une grande expérience des États-Unis, puis qu’il est arrive dans ce pays en 1973 et a exercé pendant de nombreuses années à l’ambassade de France. Nous avons bien aimé les artichauts barigoule, la salade de crabe, le tartare de saumon, l’agneau simplement grillé ou le steak tartare. Les desserts sont également succulents. La carte des vins est courte mais sélective nous avons choisi un côtes-du-Rhône qui est un très bon rapport-qualité prix. Si vous souhaitez retrouver le goût de la très bonne cuisine française, 3714 Macomb St NW, Washington, DC 20016.

Voilà notre voyage touche à sa fin, après Chicago (tapez ici pour lire l’article), nous avons retrouvé Washington avec plaisir, car à chaque voyage nous découvrons des nouveautés. Pour terminer, deux images qui sont l’un des reflets de l’Amérique. Camion de pompier flambant neuf , Big moto et sa remorque Ainsi que le bonus vidéo avec notamment l’atterrissage sur Nice.

PRO Paul et Raydo Obadia mai 2019
Photos PRO

Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement gratuit : https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu

Bonus vidéos

Devant la Maison-Blanche mai 2019
Une mini tornade à Washington
Atterrissage sur Nice La promenade des anglais
GASTRONOMIE, Nice, RESTAURANT

LE PLONGEOIR

Si vous cherchez un restaurant avec une situation unique exceptionnelle sur la mer, où la cuisine est raffinée et bonne et où le service est parfait, nous vous proposons de rendre visite à cet établissement dénommé le Plongeoir.

Situation et historique :

Cet emplacement n’a pas d’égal.Situé à Nice, BD Franck Pilate sur deux rochers surplombants la mer fait partie des lieux mythiques de Nice depuis 1862. Au commencement, deux constructions prolongeaient le restaurant la Réserve, un luxueux kiosque et une étonnante goélette en ciment baptisée « l’inflexible », les deux structures étant reliées par une passerelle. C’était l’endroit où il fallait être pour boire un thé ou assister à une soirée dansante.

La situation au la fin du XIXe siècle © Éditions Gilletta
Le Plongeoir par René Livieri

En 1941 « l’inflexible » subît des dommages et l’architecte René LIVIERI créa sur les deux rochers, un plongeoir ouvrage style Art déco sur trois niveaux avec un escalier très célèbre, ainsi qu’un restaurant de plage à la place du kiosque. Cet endroit devint le point de ralliement de générations de niçois. Les restaurants s’y succèdent. Jusqu’à ce que le site soit laissé à l’abandon voici quelques années.

Toutefois, il reste ancré dans la nostalgie des Niçois et parmi eux, Marc DUSSOULIER, un professionnel de la restauration, décide de redonner une nouvelle vie à cet endroit. Nous lui avons posé la question du pourquoi devenir propriétaire en créant un tel restaurant :  C’est un coup de cœur, mon emplacement préféré à Nice, c’est faire revivre ce lieu mythique datant des années Belle Époque, sur la mer.

Le plongeoir aujourd’hui

C’est ainsi que le 5 juin 2015, Le Plongeoir ouvre ses tables au public. Cependant, quelques erreurs de casting viennent contrarier le devenir de cet établissement jusqu’à ce que deux nouveaux arrivants viennent corriger le cap de ce restaurant sur l’eau.

Christophe Prosper et Marc Dussoulier

Tout d’abord, en mars 2017, Christophe PROSPER est nommé directeur du Plongeoir. Christophe est connu dans le monde de la gastronomie pour avoir fait une longue carrière au grand hôtel de Saint Jean Cap Ferrat, 25 ans dont 19 en tant que directeur du Restaurant Le Cap. De plus, Christophe PROSPER est formateur et transmet ses connaissances au CFA Paul Augier ainsi qu’à l’IAE.

Aujourd’hui, il est entouré d’une équipe dynamique et dont l’objectif et d’effectuer un service de qualité pour mettre en situation les plats préparés par le Chef Gregory MELANI et son équipe.

Gregory Mélanie et son second Arnaud

Gregory MELANI est le Chef de cuisine depuis peu. Sa carrière est jalonnée par la fréquentation de grandes adresses. Après des études au Lycée Paul Augier, Il travaille au Negresco, chez Issautier, puis second de cuisine au restaurant du cap, avec le MOF, Didier Anies. Celui-ci lui transmettra les principes immuables d’une grande cuisine et deviendra une source d’inspiration. Il est recruté comme second de cuisine au Plongeoir pour en devenir le chef, depuis 2019.

La carte

La carte comporte 3 entrées et deux compositions à partager, 3 plats et 3 desserts

À partager pour deux personnes

Tempura de Crevettes, Fleurs et crème de Courgettes, chutney de Tomates épicées
Antipasti du Plongeoir

Les entrées

Quinoa à la Carotte, caviar de Pamplemousse au Basilic, Œuf croustillant, crémeux de Courgettes

Plats et Suggestions du jour

Risotto Carnaroli crémeux, fricassé d’Encornets, tomates confites, olives et copeaux de vieux parmesan

Les formules de midi

Entrée + plat 29 €
Entrée + plat + dessert 34 €
Sauf Samedi-Dimanche et jours fériés

Pour presque tout savoir

Marc DUSSOULIER est aussi co-gérant avec les moines de Lerins pour la gestion du restaurant La tonnelle sur Île Saint-Honorat. Il n’a pas voulu nous confier ses restaurants de prédilection tant ils sont nombreux.

Christophe PROSPER est aussi Parrain bénévole à la mission locale 06 et ses restaurants favoris sont le comptoir du marché, le séjour café, la Chèvre d’or et bien d’autres.

Quant à Gregory MELANI, ses choix se fixeraient sur Olive et Artichaut, Les sens, le Bistrot du port.
Le restaurant le Plongeoir est ouvert de 10h00 à 18h00 tous les jours sauf le mardi de mi-mars à mi-novembre et le soir lorsque les beaux jours le permettent.
LE PLONGEOIR
60 boulevard Franck Pilatte – 06300 Nice
04 93 26 53 02 mail. contact@leplongeoir.com http://www.leplongeoir.com/
Photos PRO, Édition Gilletta, Le Plongeoir

Pro Paul et Raydo Obadia avril 2019

Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement. : https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu

GASTRONOMIE, Nice, RESTAURANT

CAFÉ PAULETTE

Le nouveau quartier branché de Nice commence à la Place du Pin à proximité du Port où de nombreux restaurants se sont établis et parmi eux le Café Paulette. Un étonnant établissement ouvert depuis plus de 2 ans de 8 h à 0h30

Le fondateur :

Le parcours atypique d’Arnaud FALLET est peu habituel dans la restauration. Né à Paris, il baigne dans le milieu culinaire. Ses grands-parents paternels sont des épicuriens qui dirigent une brasserie : « Le pourquoi pas ». Très jeune, Arnaud apprécie la « bonne bouffe ». Il a une adoration pour sa grand-mère qui est aux fourneaux, l’accompagne dans les marchés et passe une grande partie de son temps avec elle, dans la cuisine.

Cependant, ses parents déménagent à Nice et Arnaud suit le cursus à la faculté de droit pour obtenir une maîtrise en droit. Mais le chant des marmites lui manque et il crée sa première affaire à Villefranche-sur-mer, « Le Cosmo », dont il assure le management pendant treize ans.

Le besoin de changement devient une réalité, donc avec toute la famille il voyage aux États unis et sillonne la côte ouest avec un esprit pionner et une idée précise de réalisation d’un restaurant qui ne se concrétise pas. Toutefois, il en garde de nombreux enseignements.

Céline et Arnaud

De retour à Nice, on lui fait visiter une boulangerie, place du Pin. Arnaud et Céline, son épouse qui forment un couple de choc, imaginent déjà leur futur établissement. Ils font resurgir l’ancienne configuration et pressentent déjà que ce quartier semi-piéton possède un énorme potentiel.

Il reste à définir le style et baptiser ce nouveau lieu. Le style sera intimiste et à taille humaine. Le concept sera innovant : Un côté bistrot, un brin de coffee-shop, une belle dose de ferme auberge bio, et une formule de bar à tapas pour les soirs, avec toujours, le respect du choix du bon produit.

Quant au nom, Arnaud, rend un hommage à sa grand-mère Paulette, sa « deuxième mère » comme il l’appelle. Le Café Paulette est né. La déco est chaude, naturelle et la terrasse est un plus, très appréciable.

Les propositions

Dès huit heures du matin, vous pouvez faire un tour au Café Paulette pour déguster un vrai café de pure origine, accompagné de viennoiseries faites maison ou vous revigorer avec un jus de remise en forme. À partir du mois d’avril, une nouveauté, le salé fait sa rentrée et vous pourrez choisir un petit déjeuner complet, salé sucré composé de produits frais bio ou artisanaux.

À midi, c’est une autre affaire, à côté des fondamentaux, l’ardoise varie en fonction du retour du marché et des livraisons. Arnaud avec toute son équipe, met un point d’honneur à satisfaire toutes les exigences. Que vous soyez végétarien, amateur deviande ou poisson, vous trouverez votre bonheur toujours accompagné de ces délicieux légumes racines, cuits à basse température. Un régal.

L’après-midi, oblige, c’est l’heure du « Tea Time », pour déguster un thé, café ou chocolat accompagné d’une création maison. C’est un moment zen, de décontraction et surtout de plaisir gustatif.

Enfin le jour fait place au crépuscule et c’est l’heure du partage. Arnaud et Céline créent une ambiance très conviviale. Les assiettes composées de créations délicieuses, au format réduit à dessein, afin de vous permettre de découvrir à plusieurs les différentes saveurs préparées par le chef. Toujours à côté des fondamentaux, l’ardoise du jour pour coller à la saison. Un délice.

Il faut féliciter toute l’équipe de jeunes qui se trouve en cuisine. Ils n’ont pas la trentaine, mais ils ont déjà dans leur ADN, l’envie de créer et de bien faire. Le résultat est la conséquence de leur détermination. Un seul mot Bravo.

Nous avons tout aimé, mais plus particulièrement les légumes parfaitement cuits et les pommes de terre rôties à l’huile de noisette et accompagnées d’une sauce camembert.

Pommes de terre rôties à l’huile, sauce camembert

Et bien sûr, pour couronner le tout, des vins comme les bières sont sélectionnés en fonction de leurs provenances et de surtout de leur préparation, souvent bio ou artisanale. Le plus, certains soirs une ambiance musicale jazzy vient parfaire la panoplie de cet attachant établissement.

En conclusion, une belle adresse dont chaque produit à une histoire qu’Arnaud et Céline, se font un plaisir de vous raconter. Nous y sommes allés et nous y sommes retournés.

Au fait, quand Arnaud et Céline, décident d’aller au restaurant, voici leurs choix :
Le Canon 23 Rue Meyerbeer, 06000 Nice
la Mérenda 4 Rue Raoul Bosio, 06300 Nice.

Pour presque tout savoir

Café Paulette 15 Rue Bonaparte, 06300 Nice
04 92 04 74 48 contact@cafe-paulette-nice.com
https://www.cafe-paulette-nice.com/
https://www.instagram.com/cafe.paulette/

PRO Paul et Raydo Obadia Mars 2019
Photos PRO et Arnaud Fallet

Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement. :

https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu
GASTRONOMIE, Nice, RESTAURANT

Chabrol Nice

Voici bientôt un an, le 29 mars 2018, la rue Bavastro à Nice comptait un nouvel établissement : Le Chabrol. Un de plus, allez-vous penser ? Vous faites fausse route, car ce restaurant est différent et propose vraiment une cuisine inventive et originale à un prix très raisonnable.

Les fondateurs :

Thibault Barbaza et Thomas Lemaire

Thibault et Thomas, deux copains, se sont bien trouvés pour réaliser ce pari réussi. Thibault a suivi le cursus de l’école hôtelière de Lyon et a terminé par l’institut Paul Bocuse. Thomas lui, est formé par un grand maître de la cuisine, Christian Morisset qui officie à Antibes, au Figuier Saint Esprit. Mais comme on ne résiste pas à l’appel du large, il poursuit sa formation, aux États-Unis, en Angleterre et en Australie.

Le nom et le lieu.

Au commencement, les deux compères cherchent un fonds de commerce à Nice du côté de la rue Delille, lorsqu’ils découvrent ce local rue Bavastro. Alors, aucune hésitation; le quartier du port de Nice compte de nombreuses créations culinaires réussies. Il faut baptiser ce restaurant et ils penchent pour « Chabrol » qui, au-delà de l’antique coutume, évoque la vieille France et la véritable bonne cuisine.

L’ardoise

Le chef propose des plats savoureux et inventifs et qui utilisent des matières premières de saison. Le soir, les suggestions, de l’ardoise vont par trois. C’est ce que les deux responsables appellent la « Pitance »

Nos choix ont été excellents et nous avons apprécié. Ces propositions évoluent, car tous les 15 jours, le chef change un ou deux plats.

La formule du midi à 13.90 € est exceptionnelle : une viande ou un poisson qui changent tous les jours avec un verre de vin et un café. Et s’il fait beau, vous pouvez être l’un des rares privilégiés à déjeuner en terrasse. Dans le cas contraire, vous pourrez découvrir un intérieur bien décoré avec de nombreuses illustrations.

Quand Thomas et Thibaut ne sont pas au Chabrol, ils aiment bien fréquenter les établissements suivants :
La Ratapignata : 63 avenue du Ray, 06100 Nice.
Olive et Artichaut : 6 rue sainte Réparate, 06300 Nice.
Lavomatique : 11 rue du Pont Vieux, 06300 Nice.
les Agitateurs : 4 rue Bonaparte intersection 9 rue François Guisol, 06300 Nice. (Cliquer ICI pour voir l’article de notre blog à ce sujet)

Conclusion : Une très bonne adresse, une remarquable bonne cuisine raffinée et inventive, une utilisation de produits frais et de saison, un accueil et un service très sympathique, un rapport qualité-prix inégalable. À pratiquer sans hésitation.

Pour presque tout savoir

Chabrol 13 rue Bavastro 06300 Nice
Tél. : +33 9 83 04 36 79
Site : https://www.le-chabrol-restaurant-nice.com/
Facebook
Instagram


PRO (Paul et Raydo Obadia) mars 2019 Photos PRO et FB (JG)