LE PLONGEOIR

Si vous cherchez un restaurant avec une situation unique exceptionnelle sur la mer, où la cuisine est raffinée et bonne et où le service est parfait, nous vous proposons de rendre visite à cet établissement dénommé le Plongeoir.

Situation et historique :

Cet emplacement n’a pas d’égal.Situé à Nice, BD Franck Pilate sur deux rochers surplombants la mer fait partie des lieux mythiques de Nice depuis 1862. Au commencement, deux constructions prolongeaient le restaurant la Réserve, un luxueux kiosque et une étonnante goélette en ciment baptisée « l’inflexible », les deux structures étant reliées par une passerelle. C’était l’endroit où il fallait être pour boire un thé ou assister à une soirée dansante.

La situation au la fin du XIXe siècle © Éditions Gilletta
Le Plongeoir par René Livieri

En 1941 « l’inflexible » subît des dommages et l’architecte René LIVIERI créa sur les deux rochers, un plongeoir ouvrage style Art déco sur trois niveaux avec un escalier très célèbre, ainsi qu’un restaurant de plage à la place du kiosque. Cet endroit devint le point de ralliement de générations de niçois. Les restaurants s’y succèdent. Jusqu’à ce que le site soit laissé à l’abandon voici quelques années.

Toutefois, il reste ancré dans la nostalgie des Niçois et parmi eux, Marc DUSSOULIER, un professionnel de la restauration, décide de redonner une nouvelle vie à cet endroit. Nous lui avons posé la question du pourquoi devenir propriétaire en créant un tel restaurant :  C’est un coup de cœur, mon emplacement préféré à Nice, c’est faire revivre ce lieu mythique datant des années Belle Époque, sur la mer.

Le plongeoir aujourd’hui

C’est ainsi que le 5 juin 2015, Le Plongeoir ouvre ses tables au public. Cependant, quelques erreurs de casting viennent contrarier le devenir de cet établissement jusqu’à ce que deux nouveaux arrivants viennent corriger le cap de ce restaurant sur l’eau.

Christophe Prosper et Marc Dussoulier

Tout d’abord, en mars 2017, Christophe PROSPER est nommé directeur du Plongeoir. Christophe est connu dans le monde de la gastronomie pour avoir fait une longue carrière au grand hôtel de Saint Jean Cap Ferrat, 25 ans dont 19 en tant que directeur du Restaurant Le Cap. De plus, Christophe PROSPER est formateur et transmet ses connaissances au CFA Paul Augier ainsi qu’à l’IAE.

Aujourd’hui, il est entouré d’une équipe dynamique et dont l’objectif et d’effectuer un service de qualité pour mettre en situation les plats préparés par le Chef Gregory MELANI et son équipe.

Gregory Mélanie et son second Arnaud

Gregory MELANI est le Chef de cuisine depuis peu. Sa carrière est jalonnée par la fréquentation de grandes adresses. Après des études au Lycée Paul Augier, Il travaille au Negresco, chez Issautier, puis second de cuisine au restaurant du cap, avec le MOF, Didier Anies. Celui-ci lui transmettra les principes immuables d’une grande cuisine et deviendra une source d’inspiration. Il est recruté comme second de cuisine au Plongeoir pour en devenir le chef, depuis 2019.

La carte

La carte comporte 3 entrées et deux compositions à partager, 3 plats et 3 desserts

À partager pour deux personnes

Tempura de Crevettes, Fleurs et crème de Courgettes, chutney de Tomates épicées
Antipasti du Plongeoir

Les entrées

Quinoa à la Carotte, caviar de Pamplemousse au Basilic, Œuf croustillant, crémeux de Courgettes

Plats et Suggestions du jour

Risotto Carnaroli crémeux, fricassé d’Encornets, tomates confites, olives et copeaux de vieux parmesan

Les formules de midi

Entrée + plat 29 €
Entrée + plat + dessert 34 €
Sauf Samedi-Dimanche et jours fériés

Pour presque tout savoir

Marc DUSSOULIER est aussi co-gérant avec les moines de Lerins pour la gestion du restaurant La tonnelle sur Île Saint-Honorat. Il n’a pas voulu nous confier ses restaurants de prédilection tant ils sont nombreux.

Christophe PROSPER est aussi Parrain bénévole à la mission locale 06 et ses restaurants favoris sont le comptoir du marché, le séjour café, la Chèvre d’or et bien d’autres.

Quant à Gregory MELANI, ses choix se fixeraient sur Olive et Artichaut, Les sens, le Bistrot du port.
Le restaurant le Plongeoir est ouvert de 10h00 à 18h00 tous les jours sauf le mardi de mi-mars à mi-novembre et le soir lorsque les beaux jours le permettent.
LE PLONGEOIR
60 boulevard Franck Pilatte – 06300 Nice
04 93 26 53 02 mail. contact@leplongeoir.com http://www.leplongeoir.com/
Photos PRO, Édition Gilletta, Le Plongeoir

Pro Paul et Raydo Obadia avril 2019

Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement. : https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu

CAFÉ PAULETTE

Le nouveau quartier branché de Nice commence à la Place du Pin à proximité du Port où de nombreux restaurants se sont établis et parmi eux le Café Paulette. Un étonnant établissement ouvert depuis plus de 2 ans de 8 h à 0h30

Le fondateur :

Le parcours atypique d’Arnaud FALLET est peu habituel dans la restauration. Né à Paris, il baigne dans le milieu culinaire. Ses grands-parents paternels sont des épicuriens qui dirigent une brasserie : « Le pourquoi pas ». Très jeune, Arnaud apprécie la « bonne bouffe ». Il a une adoration pour sa grand-mère qui est aux fourneaux, l’accompagne dans les marchés et passe une grande partie de son temps avec elle, dans la cuisine.

Cependant, ses parents déménagent à Nice et Arnaud suit le cursus à la faculté de droit pour obtenir une maîtrise en droit. Mais le chant des marmites lui manque et il crée sa première affaire à Villefranche-sur-mer, « Le Cosmo », dont il assure le management pendant treize ans.

Le besoin de changement devient une réalité, donc avec toute la famille il voyage aux États unis et sillonne la côte ouest avec un esprit pionner et une idée précise de réalisation d’un restaurant qui ne se concrétise pas. Toutefois, il en garde de nombreux enseignements.

Céline et Arnaud

De retour à Nice, on lui fait visiter une boulangerie, place du Pin. Arnaud et Céline, son épouse qui forment un couple de choc, imaginent déjà leur futur établissement. Ils font resurgir l’ancienne configuration et pressentent déjà que ce quartier semi-piéton possède un énorme potentiel.

Il reste à définir le style et baptiser ce nouveau lieu. Le style sera intimiste et à taille humaine. Le concept sera innovant : Un côté bistrot, un brin de coffee-shop, une belle dose de ferme auberge bio, et une formule de bar à tapas pour les soirs, avec toujours, le respect du choix du bon produit.

Quant au nom, Arnaud, rend un hommage à sa grand-mère Paulette, sa « deuxième mère » comme il l’appelle. Le Café Paulette est né. La déco est chaude, naturelle et la terrasse est un plus, très appréciable.

Les propositions

Dès huit heures du matin, vous pouvez faire un tour au Café Paulette pour déguster un vrai café de pure origine, accompagné de viennoiseries faites maison ou vous revigorer avec un jus de remise en forme. À partir du mois d’avril, une nouveauté, le salé fait sa rentrée et vous pourrez choisir un petit déjeuner complet, salé sucré composé de produits frais bio ou artisanaux.

À midi, c’est une autre affaire, à côté des fondamentaux, l’ardoise varie en fonction du retour du marché et des livraisons. Arnaud avec toute son équipe, met un point d’honneur à satisfaire toutes les exigences. Que vous soyez végétarien, amateur deviande ou poisson, vous trouverez votre bonheur toujours accompagné de ces délicieux légumes racines, cuits à basse température. Un régal.

L’après-midi, oblige, c’est l’heure du « Tea Time », pour déguster un thé, café ou chocolat accompagné d’une création maison. C’est un moment zen, de décontraction et surtout de plaisir gustatif.

Enfin le jour fait place au crépuscule et c’est l’heure du partage. Arnaud et Céline créent une ambiance très conviviale. Les assiettes composées de créations délicieuses, au format réduit à dessein, afin de vous permettre de découvrir à plusieurs les différentes saveurs préparées par le chef. Toujours à côté des fondamentaux, l’ardoise du jour pour coller à la saison. Un délice.

Il faut féliciter toute l’équipe de jeunes qui se trouve en cuisine. Ils n’ont pas la trentaine, mais ils ont déjà dans leur ADN, l’envie de créer et de bien faire. Le résultat est la conséquence de leur détermination. Un seul mot Bravo.

Nous avons tout aimé, mais plus particulièrement les légumes parfaitement cuits et les pommes de terre rôties à l’huile de noisette et accompagnées d’une sauce camembert.

Pommes de terre rôties à l’huile, sauce camembert

Et bien sûr, pour couronner le tout, des vins comme les bières sont sélectionnés en fonction de leurs provenances et de surtout de leur préparation, souvent bio ou artisanale. Le plus, certains soirs une ambiance musicale jazzy vient parfaire la panoplie de cet attachant établissement.

En conclusion, une belle adresse dont chaque produit à une histoire qu’Arnaud et Céline, se font un plaisir de vous raconter. Nous y sommes allés et nous y sommes retournés.

Au fait, quand Arnaud et Céline, décident d’aller au restaurant, voici leurs choix :
Le Canon 23 Rue Meyerbeer, 06000 Nice
la Mérenda 4 Rue Raoul Bosio, 06300 Nice.

Pour presque tout savoir

Café Paulette 15 Rue Bonaparte, 06300 Nice
04 92 04 74 48 contact@cafe-paulette-nice.com
https://www.cafe-paulette-nice.com/
https://www.instagram.com/cafe.paulette/

PRO Paul et Raydo Obadia Mars 2019
Photos PRO et Arnaud Fallet

Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement. :

https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu

Chabrol Nice

Voici bientôt un an, le 29 mars 2018, la rue Bavastro à Nice comptait un nouvel établissement : Le Chabrol. Un de plus, allez-vous penser ? Vous faites fausse route, car ce restaurant est différent et propose vraiment une cuisine inventive et originale à un prix très raisonnable.

Les fondateurs :

Thibault Barbaza et Thomas Lemaire

Thibault et Thomas, deux copains, se sont bien trouvés pour réaliser ce pari réussi. Thibault a suivi le cursus de l’école hôtelière de Lyon et a terminé par l’institut Paul Bocuse. Thomas lui, est formé par un grand maître de la cuisine, Christian Morisset qui officie à Antibes, au Figuier Saint Esprit. Mais comme on ne résiste pas à l’appel du large, il poursuit sa formation, aux États-Unis, en Angleterre et en Australie.

Le nom et le lieu.

Au commencement, les deux compères cherchent un fonds de commerce à Nice du côté de la rue Delille, lorsqu’ils découvrent ce local rue Bavastro. Alors, aucune hésitation; le quartier du port de Nice compte de nombreuses créations culinaires réussies. Il faut baptiser ce restaurant et ils penchent pour « Chabrol » qui, au-delà de l’antique coutume, évoque la vieille France et la véritable bonne cuisine.

L’ardoise

Le chef propose des plats savoureux et inventifs et qui utilisent des matières premières de saison. Le soir, les suggestions, de l’ardoise vont par trois. C’est ce que les deux responsables appellent la « Pitance »

Nos choix ont été excellents et nous avons apprécié. Ces propositions évoluent, car tous les 15 jours, le chef change un ou deux plats.

La formule du midi à 13.90 € est exceptionnelle : une viande ou un poisson qui changent tous les jours avec un verre de vin et un café. Et s’il fait beau, vous pouvez être l’un des rares privilégiés à déjeuner en terrasse. Dans le cas contraire, vous pourrez découvrir un intérieur bien décoré avec de nombreuses illustrations.

Quand Thomas et Thibaut ne sont pas au Chabrol, ils aiment bien fréquenter les établissements suivants :
La Ratapignata : 63 avenue du Ray, 06100 Nice.
Olive et Artichaut : 6 rue sainte Réparate, 06300 Nice.
Lavomatique : 11 rue du Pont Vieux, 06300 Nice.
les Agitateurs : 4 rue Bonaparte intersection 9 rue François Guisol, 06300 Nice. (Cliquer ICI pour voir l’article de notre blog à ce sujet)

Conclusion : Une très bonne adresse, une remarquable bonne cuisine raffinée et inventive, une utilisation de produits frais et de saison, un accueil et un service très sympathique, un rapport qualité-prix inégalable. À pratiquer sans hésitation.

Pour presque tout savoir

Chabrol 13 rue Bavastro 06300 Nice
Tél. : +33 9 83 04 36 79
Site : https://www.le-chabrol-restaurant-nice.com/
Facebook
Instagram


PRO (Paul et Raydo Obadia) mars 2019 Photos PRO et FB (JG)

Les Agitateurs

Il était une fois, en 2012, trois étudiants de l’Institut Paul BOCUSE à Lyon que leur origine sudiste avait rapproché.

SAMUEL, originaire de Hyères, avait baigné dans la cuisine de ses parents restaurateurs et sa voie était toute tracée. JULIETTE arrivait de Manosque et après des études d’architectures, elle avait délaissé les plans de masse pour les plans culinaires. Quant à PIERRE-JEAN, il avait quitté la luminosité de Nice pour les brumes lyonnaises de ce très réputé institut, pour se perfectionner en gestion.

Leurs diplômes en poche, JULIETTE et SAMUEL entament un parcours dans la haute gastronomie des établissements les plus étoilés : La RÉSERVE DE BEAULIEU *, LA PINEDE ***, TROISGROS ***, LE BRISTOL***, PASSAGE 53 **. Mais comme un bonheur n’arrive jamais seul, Cupidon s’est permis de décocher une flèche en sucre pour les réunir.

PIERRE-JEAN, décroche un master en gestion à l’école de Management de Lyon. Son sésame en poche, il affûte ses premières armes à SHANGHAI, en exerçant une fonction prémonitoire, puisqu’il devient chef de projet en supervisant l’ouverture de plusieurs restaurants. 

Mais l’appel du sud est plus fort que tout et en décembre 2017, les trois amis décident de s’associer pour ouvrir un restaurant.

Une limite est fixée entre Aix et Nice. Commence donc le long chemin des visites d’établissements plus ou moins glauques. C’est alors que les anges de la restauration leur ouvrent les portes d’un établissement rue Bonaparte, en plein du nouveau quartier « Le Marais de Nice ». L’affaire est conclue. Avec peu de moyens, ils entament des travaux de rénovation.

Les trois associés

Rien ne se fait sans un grain de folie et nos trois compères veulent bousculer les codes de la restauration. Ils décident de profiter de leur expérience pour proposer une nouvelle cuisine, novatrice et conviviale, inscrite dans un réseau de producteurs locaux. « Les Agitateurs » étaient nés, avec une ouverture en MAI 2018.

Les Agitateurs Angle rue Bonaparte et François Guisol

Des formules innovantes, surprenantes, où le mélange des goûts est comme d’innombrables bombes à retardement qui explosent en bouche pour le bonheur de nos papilles. Le seul problème, c’est que c’est tellement bon qu’on en redemanderait…

Les formules

le soir, Les Agitateurs proposent une formule six séquences « De l’inattendu au plat de réconfort ». Si vous êtes végan, il suffit de l’annoncer lors de votre réservation.

Une des formules du soir à 44 €
Tuiles de socca, mayonnaise à l’anchois, zeste de citron et herbes fraiches
Ballade au Mont Boron, gnocchis de pain grillé et velouté de topinambours
Saint Jacques de plongée, sarrasin et légumes rôtis au beurre d’algues
Suprême de pintade fermière, oignons, foin et vin jaune
Boule de neige, crème de marron, mascarpone, meringues et sorbet mandarine

Formule déjeuner

Formule déjeuner 17 € – 22 € – 26 €

Formule Suggestions de saisons

Formule brunch le dimanche à 27 €

Pour presque tout savoir 

Les agitateurs ont choisi leurs fournisseurs, pour les fruits et légumes, le producteur André Luciano du cours Saléya, pour le poisson (Pilou 58 bd Gambetta Nice) pour la boucherie (José 40 rue Bonaparte Nice), Dordonat pour le pain 19 rue Barla, à Hyères, le domaine du moulin pour les légumes et chez Joëlle à LA CRAU pour tous les agrumes.

Quand les agitateurs vont au restaurant, voici leurs préférences Le Goupil 21 Rue Barla 06300 Nice, Alto Resto 10 Rue Fodéré, 06300 Nice et le Lavomatique 11 rue du Pont Vieux, 06300 Nice.

Bon à savoir : Les Agitateurs 24 rue Bonaparte 06300 Nice
Tél : 09 87 33 02 03 Email : Lesagitateursnice@gmail.com
Mercredi 12 h – 14h :: 19h30 – 22h
Jeudi 12 h – 14h :: 19h30 – 22h
Vendredi 12 h – 14h :: 19h3h – 22h
Samedi midi fermé :: 19h30 – 22h
Dimanche 11h30 – 15h :: 19h30 – 22h
FERMETURE : Lundi – Mardi
Facebook : Cliquez ici
Instagram : cliquez ici
Site Internet : Cliquez ici

En conclusion : une adresse à essayer, à adopter et à recommander.
Photos : Pro et avec l’aimable autorisation de Thomas Audiffren
PRO  Paul et Raydo Obadia Janvier 2019


LE LASCAR

Présentation

On assiste depuis quelques années à une transformation du quartier Garibaldi-port que l’on surnomme « Le petit marais niçois ». C’est devenu un lieu branché et cosmopolite.

La conséquence : la création de nombreux établissements qui proposent une restauration attractive qui couvre tous les genres. Nous nous sommes intéressés à cette métamorphose et nous vous proposons de découvrir quelques exploitations au fur et à mesure de notre prospection.

Le dernier né, c’est le Lascar, que nous pourrions qualifier de bar à cocktails, bar à tapas et cuisine bistronomique. En effet, depuis août 2018, une équipe très sympathique, vous propose de découvrir, au 10 rue Lascaris, une gamme de cocktails très originaux, des tapas et surtout de passer un moment très agréable.

Les cocktails

À consommer avec modération
Dénomination Cocktails Les signatures
Chandra Sour : Gin Hendricks (4cl), Sirop de basilic et Piment Maison, Miel de la Vésubie Blanc d’Œuf 14
Fresh Hulk : Gin Hendricks (4cl), Menthe, Miel de la Vésubie, Jus Aloe-si 14
Jessy James :  Whisky Jack Daniel’s (5cl), menthe, Angostura, Sucre blanc, Ginger Beer Bio 14
#AK : Gin Hendricks (4cl), Sirop de Pamplemousse, Perrier, Huiles Essentielles d’Oranges Sauvages 14
Corleone: Rhum Sailor Jerry (4cl), Angostura, Sucre, Sirop Fumé Maison 14
L’Osée : Vodka Ketel One (4cl), Bailey’s, Café, Sirop chocolat/cookie, Sucre de canne, Noix de Muscade 14
Le Lascar : Gin infusé, Cointreau, Sucre, Angostura, Herbes de la Vésubie, Cranberry, Ginger Beer Bio 15
Le Cocktail de Romain : selon l’humeur du barman 14
Dénomination Cocktails les classiques
Margarita : Téquila (4cl), Jus de Citron, Cointreau
Cuba Libre : Rhum Sailor (4cl), Coca-Cola, Jus de citron vert
Martini Dry : Gin (3cl), Vermouth Blanc (2cl), zest de citron
Old Fashion : Whisky (4cl), sucre, Angostura
Gin Tonic : Gin (4cl), Schweppes, citron vert
Cosmopolitan : Vodka (4cl), Cointreau, citron vert, cranberry
Bloody Mary : Vodka (4cl), jus de tomates, citron, Tabasco, sel de cèleri
Caïpirinha : Cachaça (4cl), citron vert, sucre
Mojito : Rhum Havana (3 ans), menthe fraiche, citron vert, sucre de canne, eau gazeuse
Moscow Mule : Vodka (4cl), citron vert, ginger beer Bio
Mint Julep : Bourbon (4cl), menthe fraiche
À consommer avec modération
  • Toasts de chèvre chaud, miel de la Vésubie 7 €
  • Camembert rôti, au lait cru non pasteurisé 10 €
  • Guacamole maison & tortillas 7 €
  • Brochette de poulet Yakitori, au sésame 7 €
  • Saucisson « label rouge » (225g), Cornichons, Beurre 9 €
  • Boîte de sardines “Titus” Entières à l’Huile d’Olive, Beurre Citron 6 €
  • Assortiment de Fromages et de Charcuteries 18 €
  • Duo de Muffins salés, pomme, lard et Bleu d’Auvergne 6 €
  • Tapas du moment (voir ardoise)
Saucisson « label rouge » (225g) Cornichons, Beurre
Guacamole maison & tortillas
Brochette de poulet Yakitori, au sésame
Assortiment de Fromages et de Charcuteries
Camembert rôti, au lait cru non pasteurisé
L’équipe du Lascar
Jessica (chef et serveuse) Romain Barman Mixologue) Pépito (Gérant avec Magali)

En conclusion, une adresse très conviviale pour tester un cocktail étonnant, tout en dégustant une ou plusieurs assiettes de tapas. De plus, c’est facile à retenir, Le Lascar 10 rue Lascaris à Nice. Un conseil, surveillez Facebook, car vous y découvrirez la programmation des événements. Suivez également le Lascar sur Instagram.

PRO Paul Raydo Obadia Décembre 2018

Photos PRO et Le Lascar

MANGER NICOIS : C’EST POSSIBLE

Receta de Jou : de la gare au piano

MARC SEASSAUMarco SEASSAU est un personnage haut en couleur, un passionné de la cuisine niçoise. Son parcours est pour le moins curieux.

Depuis tout jeune, il admire sa mère et sa grand-mère qui cuisinent tous les jours les recettes traditionnelles niçoises.

Mais dans la famille on est cheminot de père en fils, et donc, il abandonne son projet d’école hôtelière pour devenir aiguilleur à la SNCF, très vite il devient contrôleur : un beau métier agréable et de contacts.

Cependant, la cuisine est inscrite dans ses gènes. C’est même une accroche pour la drague. Pour faire connaissance, avec des copains, il propose aux filles de cuisiner pour elles. Un bon plat niçois, ça ne se refuse pas. Il crée une adresse Facebook pour échanger avec des copains la « receta de jou » et chacun apporte sa contribution. 

Un jour, à la place de la gare du sud, il passe devant « La cantina » qui est à vendre. Une onde positive pénètre en lui, il sait que ce local sera le sien. Ce n’est pas facile, au bout de 25 ans de SNCF, il faut demander un congé de 5 ans, puis affronter les banquiers qui sont frileux, après tout ce n’est pas le métier de Marco mais les portes s’ouvrent et c’est le début de la grande aventure. L’enseigne change et devient la « Receta de Jou ».

RECOMPENSETout le monde met la main à la pâte et, depuis 4 ans, c’est un succès. Tout est fait sur place sauf les oignons et la sauce qui sont cuisinés à la maison. C’est un plaisir de voir travailler Marco qui a été obtenu le label cuisine Nissarde décerné par l‘Office de Tourisme et des Congrès de Nice (OTCN). Ce label est attribué aux restaurateurs par un comité technique, selon des critères de sélection portant sur :

  • le respect des recettes traditionnelles
  • la qualité des produits et des matières premières utilisées
  • la qualité de l’accueil et de l’information des clients
  • et bien sûr la conformité avec la réglementation en matière d’hygiène et de sécurité.

Ces spécialités doivent aussi être cuisinées sur place avec de beaux produits.CALAMARS FARCIS. ET CUISSON SUR PLACEpsd

 Pour Marco la recette, c’est uniquement l’authenticité en tout. De l’entrée au dessert, c’est bon, tarte à la tomate et à l’ail, farcis niçois, pissaladière, socca, la morue, pan pagnat, cagades, calamars, la daube terre et mer.MARC SEASSAU. avec la socca

Voici son hit-parade des ventes.

HIT-PARADE

Mais vous aurez aussi le choix entre la tarte à la tomate et à l’ail, les capouns, la pissaladière revisitée ou bien chaque jour un plat différent, comme le jeudi les lasagnes noires ou le dimanche les encornets farcis.QUELQUES PLATS

Le choix personnel de Marc se porterait sur le civet de lapin avec les gnocchis, ou les merda de can (gnocchis verts), la grive à la polente, les capouns ou la ratatouille de sa mère. Il se dit le plus heureux des hommes et quand il part en vacances avec Agnès son épouse, aussi gourmande que lui, c’est pour faire le tour des bonnes tables.

1 menu Niçois à 16.50 €, composé par nos soins

TARTE A LA TOMATE ET AIL
Une tarte à la tomate et à l’ail 2.50 €
2 farcis 3.00 €
1 capoun 4.00 €
1 sardine farcie 3.00 €
1 dessert 4 €

Avec tout cela on ne peut que vous dire boun apeti

 

À Nice il aime bien manger :

Café Lea 31 rue Gioffredo, 06000 Nice +33 9 83 56 57 59
Chez Cane, 17 Avenue de Fabron, 06200 Nice +33 4 93 86 78 03
Lou Pistou 4 Rue Raoul Bosio, 06300 Nice +33 4 93 62 21 82

Sa salade niçoise

Pour terminer, il nous livre les ingrédients de la salade niçoise tomates, radis, céleri, cébette, basilic, œuf, olives, thon, anchois, poivrons et quand il y en a les févettes et des artichauts. De l’huile d’olive et un chicou de vinaigre.

Pour le pan-bagnat il utilise, non pas un pain rond, mais un demi-restaurant, ça pastisse moins, surtout, penser à frotter le pain avec de l’ail.

Son congé se termine l’an prochain, nous ne pensons pas que Marc SEASSAU s’arrêtera pour regagner les quais des gares, son petit sourire en dit long.

 MARCO LE CUISINIER NICOIS

Pour presque tout savoir

RECETA DE JOU  :  place Gare du Sud, 06000 Nice sur place ou à emporter. Prudent de passer des commandes
Tél. 0986253503 0680281977 seassau.marc @bbox.fr
Mefi, c’est fermé le lundi et le mardi
Du mercredi au dimanche : de 6h30 à 16hplan

PRO Paul et Raydo Obadia

Photos PRO

Un Proviseur pas comme les autres

Un Proviseur pas comme les autres…

Denis Ferault_PORTRAIT-1Nous allons vous faire partager un parcours atypique d’un homme qui aime le surpassement.

Denis FERAULT, Proviseur du Lycée des métiers Hôtellerie Restauration Paul Augier à Nice depuis septembre 2017. Ce qui le différencie de tous ses collègues, c’est qu’il est MOF (meilleur ouvrier de France). Un fait unique et rarissime pour que nous lui consacrions un article.

Pas de courte échelle.

En effet, il gravit tous les échelons par sa volonté de réussir.

Dans sa famille, aucun antécédent qui aurait pu le prédisposer à choisir cette voie. Par la force des choses, il débute, à l’âge de 15 ans sa formation d’apprenti au CFA de Besançon, ville dont il est natif, et obtient un CAP « salle ». Déjà on perçoit une volonté de se différencier puisqu’il travaille en parallèle au restaurant de son village, le Vigny.

L’homme des challenges.

POMPON JEANNE D'ARCÀ 18 ans, il s’engage dans la Marine nationale et prépare tout seul le concours d’entrée de l’école des maîtres d’hôtel de la marine nationale de Saint Mandrier. Non seulement il le réussit mais sort major de sa promotion. Il choisit le Ministère de la mer et apprend toutes les subtilités du métier et notamment, les exigences du protocole. Un jour, le Premier Ministre de l’époque, Pierre MAUROY, lui demande s’il a déjà embarqué sur un bateau, il lui fait part de son souhait de servir sur la Jeanne D’Arc. Son rêve devient réalité en 1983. Il passe trois années à découvrir les cinq continents et met en exergue le raffinement du “service à la française” en servant des hôtes prestigieux.

Après un passage à Djibouti, il démissionne de la marine au grand étonnement de ses supérieurs et prend le chemin de la vie professionnelle.

À 22 ans, avec comme seules armes sa valise et son pompon rouge, il retourne à Paris, rencontre sa future femme puis obtient son premier poste au Grand Large sur l’île d’Oléron dont la spécialité est le homard et la sole. Il aime les challenges et se présente en candidat libre, il obtient du premier coup le Brevet professionnel et le BTS. Fort de ses succès, il continue sa carrière dans les relais et châteaux et commence en Angleterre au « Manoir aux Quat’ Saisons » sous les ordres de Raymond Blanc qui lui permet de découvrir les grands crus et surtout d’avoir le privilège de servir la famille royale.

De son passage sur la Jeanne, il a gardé le besoin de changement. Donc après une immersion en terre bourguignonne à la Côte Saint-Jacques à Joigny, il retourne à Paris pour un nouveau challenge. Participer avec succès à l’obtention de deux étoiles pour la première grande table d’hôtel à Paris avec le Clos Lonchamp au sein du Méridien Étoile.

Après avoir appris presque tout, tout seul, il a envie de transmettre et d’enseigner. Il commence par Calais puis Le Touquet, Tahiti, Auxerre, il se stabilise au lycée hôtelier Savoie-Léman à Thonon-les-Bains. La compétition lui manque et il s’impose deux objectifs importants :

– Décrocher le MOF du Maître d’Hôtel en 2007. Après avoir obtenu cette distinction, son avenir change, toutes les portes s’ouvrent, il collabore pour un guide gastronomique et devient conseiller pour le chef Régis MARCON.

Se présenter, en 2008 au concours de Personnel de Direction de l’Éducation Nationale. 700 postes à pourvoir pour les 7000 candidats. Comme à son habitude il réussit du premier coup et commence une nouvelle ère.

DENIS FERAULT DIPLOME MOF;pg

L’homme des défis.

Après avoir occupé le poste de Principal adjoint, à Étampes, il est nommé comme Principal dans un collège d’éducation prioritaire dans le « 93 » au milieu de la cité du Clos Saint-Lazare. Il participe à la reconstruction de cet établissement et son objectif est de donner une autre image que celle véhiculée par les médias. Il réussit puisque 4 ans après il existera une liste d’attente pour avoir une place dans ce collège et quelques élèves seront même acceptés par le Lycée Henri IV. Pendant 3 ans, il partage son expérience avec Olivier Ayache-Vidal qui réalisera le film les Grands Esprits.

Après cette expérience, il désire devenir le Proviseur du Lycée Paul AUGIER à Nice. Cependant il existe une difficulté : 70 collègues ont le même souhait. Seulement, un seul candidat MOF ! Il est nommé à Nice pour la rentrée de septembre 2017.

Un nouveau défi l’attend : la reconstruction du Lycée. 30 millions ont été affectés pour réhabiliter les 8 étages et construire une nouvelle aile côté nord. Cette situation n’impressionne pas le proviseur qui a d’autres ambitions pour cet établissement.

Il veut mettre en application les principes de base de la bonne éducation qui ouvrent toutes les portes, à savoir, être à l’heure, respecter sa tenue vestimentaire avoir toujours présent à l’esprit l’hygiène. Il désire que tout son personnel connaisse les marqueurs régionaux dans le cadre d’un développement durable, respectueux des saisons. Son souhait, que le Lycée Paul AUGIER devienne un pôle reconnu par la profession régionale, nationale, voire internationale. Pour ce faire il envisage plus de rigueur dans la sélection et dans la vie professionnelle.

Nouveau Lycee Paul Augier

De plus, il est l’un des initiateurs du Trophée du Maître d’hôtel dont la première édition a eu lieu au SIRAH en 2017. Compétition réservée aux Maîtres d’hôtel, chefs de rang ou encore sommeliers qui doivent avoir comme principes : l’innovation, la transmission et l’excellence.

L’homme

Aujourd’hui, Denis FERAULT est un homme comblé à 54 ans, il est marié avec Michèle, ils ont trois enfants qui ont tous suivi une voie différente, mais toujours dans le domaine de l’hôtellerie. Après 18 déménagements, ils ont adopté Nice, une ville magnifique entre mer et montagne, très dense aux multiples activités. Il nous dit : J’ai parfois l’impression d’être dans un autre pays, avec tous ces commerces dont certains me font penser à l’Italie.

À la grande joie de sa femme Michèle, Denis fait la cuisine.  Ils aiment particulièrement faire leur marché à la libération.

DENIS FERAULT GUILDE DES FROMAGERSDenis cuisine la poularde au vin jaune et aux morilles, la truite sauvage de la loue (rivière qui traverse le Doubs et le Jura), et le gibier. Pour accompagner ces mets, un excellent bourgogne, blanc ou rouge et de préférence un chablis ou un meursault. Pour terminer un bon fromage comme le comté avec un peu de bleu et du banon. Pour les desserts,  de préférence une tarte.

Avec toutes les qualités de son nouveau Proviseur, le Lycée Paul Augier tient bon le cap et tient bon le flot.

Bon vent, Monsieur le Proviseur…

PRO (Paul et Raydo Obadia) juin 2018

Photos Denis  Férault et PRO