De la Provence à la Camargue

La découverte de la France est un régal pour les yeux et les papilles. Pour l’illustrer, nous avons décidé de faire un tour en Provence et de le prolonger jusqu’à la Camargue.

Direction les Baux de Provence avec notre première halte gourmande à La Cabro d’or. Cet établissement est situé dans le magnifique domaine de Baumanière.

Nous déjeunons sur la terrasse ombragée dans un environnement enchanteur. Les plats préparés avec soin par le chef Michel Hulin viennent compléter ce décor provençal.

Le chef, fils de pêcheur, est un passionné de la cuisine gastronomique et sélectionne ses produits auprès des producteurs locaux et veille à respecter toutes les saveurs provençales à la recherche du juste équilibre. Les menus proposés le midi, à 59 € et 85 € sauf dimanche et jours fériés. Sur la carte les plats préparés en partie avec le potager bio du domaine s’échelonnent de 17 € à 58 €.

Les entrées

Les Plats

Les desserts

Après cette halte bienfaisante, nous prenons la direction des Carrières de Lumières

Les vestiges de la carrière

Cet endroit est un bel exemple du recyclage d’un site dont voici l’histoire. Au début du 19e siècle, l’essor industriel est considérable et la construction de nombreux bâtiments (usines, entrepôts, gares…) requiert une forte demande pour « la pierre du midi » et donc ouverture de la carrière des Grands Fonds. Cependant, cette dynamique industrielle doit faire face à des innovations importantes telles que l’acier et le béton qui entraînent la fermeture de la carrière des Grands Fonds. La grande chance de ce lieu c’est le passage de Jean Cocteau qui, est émerveillé par la beauté des lieux et de son environnement, décide d’y tourner « Le Testament d’Orphée ». Ainsi la carrière trouve une nouvelle fonction qui se concrétise, en 2012, par une expérimentation surprenante menée par Culturespaces qui y a développé un concept novateur : AMIEX® (Art & Music Immersive Experience).

Carrières de Lumières : exposition Vincent Van Gogh et Japon rêvé

Le mot qui vient à l’esprit c’est immersion, car on est happé par les images qui couvrent toutes les parois de la carrière et l’on baigne dans le son qui l’envahit. Cela donne parfois une impression de tournis. Cette année, l’exposition est consacrée aux toiles de Vincent Van Gogh (1853-1890), génie ignoré de son vivant, qui a bouleversé la peinture. Cette nouvelle création visuelle et sonore retrace la vie intense de l’artiste tourmenté qui peignit pendant les 10 dernières années de sa vie plus de 2000 tableaux. En prime une projection sur le Japon rêvé.

Conseils : Pensez à utiliser la billetterie en ligne cela vous garantit un créneau horaire et vous évite de faire la queue. Prenez une petite laine, il fait frais et attention le parking juste en face est restreint, donc prenez vos précautions.

Un petit détour par Avignon

Dans notre périple, nous avions envie de revoir Avignon, son Palais des Papes et ses ruelles étroites. Aussitôt dit, aussitôt fait.

Ô Papilles

Nous avons déniché un petit restaurant qui nous a séduits par son aspect, ses propositions et son concept. Situé 10 place des Châtaignes 84 000 AVIGNON 09 53 61 11 91 Mail: contact@opapilles.fr Site Facebook.

Ici, tout est fait maison devant vous. Les prix sont raisonnables, il faut compter entre 12 et 14 € pour les entrées, 18 à 22 € pour les plats et 8 € pour les desserts

Hôtel Le Vallon de Valrugues & Spa

Cet hôtel se situe à Saint-Rémy-de-Provence dans un parc superbe, les chambres sont spacieuses et l’environnement est exceptionnel. Le plus, un spa de 500 m² avec toutes les prestations qui s’y rattachent. 9 Chemin Canto Cigalo 13210 Saint-Rémy-de-Provence Tél. +33 (0)4 90 92 04 40  info@vallondevalrugues.com

Les Baux-de-Provence

Ce village, perché sur un éperon rocheux, est l’un des plus beaux de France. Pour y parvenir, il faut cheminer parmi les ruelles historiques jalonnées d’échoppes artisanales et de restaurants typiques

Le musée des santons

Pendant le parcours, une halte s’impose au magnifique musée sur la fabrication des santons qui sont mis en situation. On peut y admirer les santons habillés qui mesurent entre 20 et 50 cm et les santons d’argile fabriqués avec la terre rouge d’Aubagne et de l’ocre jaune.

Enfin, nous arrivons au sommet de la colline à 245 m pour admirer la situation exceptionnelle et du haut du château le panorama est sans limites. Dans cette immensité, on remarque la cohabitation entre l’olivier et la vigne.

Direction la Camargue

Sur la route vers Les Saintes-Maries-de-La-Mer, il faut prévoir deux haltes.

Le Moulin de Daudet : Le secret de Maître Cornille, la chèvre de Monsieur Seguin, la mule du pape ! souvenirs d’enfance qui resurgissent en arrivant dans ce lieu chargé d’histoire. La source d’inspiration d’Alphonse Daudet se dresse devant nous et nous imaginons avec nostalgie les lettres de mon moulin.

Abbaye de Montmajour : Sur le mont Major, les moines bénédictins ont fondé l’abbaye de Saint-Pierre en 948, mais il faut attendre, pour un bel essor, le XVIIe siècle avec la venue de la congrégation de Saint-Maur. Son patrimoine est riche en histoire notamment sur la vie des moines, ainsi que les tombes creusées à même la roche. Paysage magnifique de la tour fortifiée qui inspira Van Gogh.

Après ces haltes culturelles et historiques, direction Les Saintes-Maries-de-La-Mer.

Le lodge Saint Hélène

Le Lodge Sainte Hélène est le rêve de tout voyageur en Camargue : toutes les chambres donnent sur la presqu’île de l’étang des Launes. Une belle transformation, car cet ancien refuge pour chasseurs a été complètement réaménagé en chambres individuelles de haut niveau dans l’esprit de la Camargue. Les canards nous accueillent devant la porte de la chambre. Chemin bas des Launes 13460 Les Saintes Maries de la Mer Tel : +33.04.90.97.83.29 resa@lodge-saintehelene.com

Saintes-Maries-de-la-Mer

Lieu célèbre par les pèlerinages qui s’y déroulent notamment le 24 mai où Roms, Manouches, Tsiganes et Gitans arrivent des quatre coins d’Europe et même d’autres continents pour vénérer leur Sainte, Sara la Noire. Cette commune qui est la troisième de France a été construite autour de son église des XIe et XIIe siècles.

La poursuite de notre périple nous permet d’admirer la beauté sauvage des paysages camarguais.

Nous arrivons à L’Estelle, un hôtel de luxe avec l’esprit d’une maison d’hôte pour nous rendre au restaurant gastronomique situé près de la piscine avec une vue imprenable sur la Camargue. L’Estelle en Camargue Route du Petit-Rhône D38 F-13460 Les Stes-Maries-de-la-Mer Tél  +33 490 97 89 01 reception@hotelestelle.com

Les prix sont corrects eu égard au cadre luxueux de cet établissement, il faut compter 60 € à midi pour entrée, plat, fromage ou dessert.

Un beau souvenir d’une pause à Maussane avec Nicole et Claude

Notre voyage touche à sa fin et nous remercions nos amis Nicole et Claude qui nous ont accompagnés lors de cette découverte et nous vous disons à très bientôt pour de nouvelles aventures.

PRO Paul et Raydo Obadia avril 2019
Photos PRO et Nicole Grimaldi
Si ce n’est pas déjà fait, merci de confirmer votre abonnement gratuit : https://app.mailjet.com/widget/iframe/3pMU/bQu

Pour lire la carte cliquer ICI

LES JOURNÉES DE LA FEMME À NICE

Pour faire suite à notre article sur la journée de la femme et l’animation au NEGRESCO (cliquez ici),  nous avons voulu le compléter en vous proposant un programme très intéressant mis au point par la ville de Nice sur le thème : « La place des Femmes dans l’Art et la Culture ».

Cependant, avant de vous donner les lieux, horaires et thèmes, nous nous sommes interrogés sur l’historique de quelques droits de la femme.

Le permis de conduire :

En France, le premier examen du permis de conduire a eu lieu en août 1889. Il faut attendre  huit ans pour que  la Duchesse d’UZÈS soit la première femme à obtenir son petit papier rose !

Ouvrir un compte en banque :

C’est seulement  le 13 juillet 1965 que les femmes ont pu gérer leurs biens, travailler et ouvrir un compte en banque à leur nom sans l’autorisation de leur époux. En effet depuis 1804,  le Code Napoléon consacrait l’incapacité juridique de la femme mariée!

Droit de vote des femmes :

C’est très intéressant, car en général on pense que la France, pays de l’égalité et de la liberté, ce droit est ancien. Pas du tout !

Nouvelle-Zélande, en 1893, est le premier pays à accorder le droit de vote. En 1902, ’Australie suit en 1906 puis,  ces mesures s’étendent réellement dans le monde,  les pays scandinaves, la Russie soviétique l’autorise en 1918, les États-Unis en 1920 et la Grande-Bretagne en 1928 et le premier pays musulman c’est la Turquie, en 1930. Et la France ? Il faut attendre le 23 mars 1944 pour que  l’Assemblée consultative, siégeant à Alger, adopte le principe du droit de vote des femmes par 51 voix « pour » et 16 voix « contre ».  Le 21 avril 1944, une ordonnance ratifie ce texte qui, à l’article 17, prévoit le vote des femmes et leur éligibilité.

Cela étant rappelé, voici le programme de cette semaine consacrée aux Journées de la Femme.

LUNDI 5 MARS

OPÉRA DE NICE > 18H30 : Ballet, un pas de deux classique.¹

MARDI 6 MARS

BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE>10H : Visite guidée à la bibliothèque sur le thème : Porte ouverte sur le monde ¹

CUM >16H : Conférence sur La littérature et les Femmes : de l’ombre à la lumière par l’écrivaine Martine Gasquet Daugreilh. ¹

MERCREDI 7 MARS

BIBLIOTHÈQUE  MUNICIPALE   >10H : Visite guidée à la bibliothèque sur le thème : Porte ouverte sur le monde ¹

THÉÂTRE LINO VENTURA > 14H : 99 femmes, spectacle danse, théâtre et musique. Présentation d’une étape de travail dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes et du festival Femmes en scènes Entrée libre sur réservation à rp@entrepont.net et  04 83 39 11 60.

JEUDI 8 MARS

HÔTEL DE VILLE / SALLE CHÉRET > 10H : Table ronde sur Les femmes niçoises dans l’histoire de la culture de notre ville, animée par André Peyrègne, ancien directeur du conservatoire de Nice, et intervention sur Les Femmes et l’opéra par Melcha Coder, présidente des associations L’aron, Contre-ut et L’art pour la vie

PALAIS LASCARIS

>11H :  Visite guidée sur La présence de la femme dans la création artistique, du passé à nos jours. Entrée libre sur réservation au 04 93 62 72 40

>16H :  Visite guidée sur La présence de la femme dans la création artistique, du passé à nos jours en langue des signes française

MAMAC > 14H30 :  Visite guidée de l’exposition temporaire Lig Magor et de la collection permanente de Niki de Saint Phalle. Visites menées par les équipes du MAMAC.

BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE > 15H : Conférence sur Scandales à Orsay, l’image de la femme dans l’art du XIXe siècle par Agnès Dumartin

MAMAC > 15H30 : Atelier en famille de l’exposition sur Niki de Saint Phalle
Entrée libre sur réservation à mamac@ville-nice.fr

CUM >16H : En partenariat avec le festival Femmes en Scènes organisé par Françoise Nahon Conférence sur La femme chez Fellini: entre profane et sacré par Christiane Golesi.¹

CINÉMATHÈQUE
>18H : Présentation du film Danielle Darrieux, une femme moderne par l’auteure Clara Laurent

>18H30 : Projection du film Ça ira mieux demain de Jeanne Labrune
3€ la séance et 2,5€ pour les abonnés

VENDREDI 9 MARS

MAMAC

>14H30 : Visite guidée des expositions de Lig  Magor et Niki de Saint Phalle
Entrée libre sur réservation à mamac@Ville-nice.fr

>15H30 Atelier en famille sur Niki de Saint Phalle. Visite proposée en langue des signes française. Entrée libre sur réservation à mamac@Ville-nice.fr

AUDITORIUM DU MAMAC > 19H : Concert/lecture sur le thème Muses et compositrices, Portraits de femmes, par l’actrice Natacha Regnier, accompagnée du duo piano/violon George Sand et de la pianiste Marie-Josèphe Jude. Lectures de lettres de Clara Schumann, George Sand à Chopin, et de compositeurs écrivant à leur muse, Liszt. Debussy…¹

SAMEDI 10 MARS

MAMAC >10H : Atelier en famille sur Niki de Saint Phalle

PARC PHOENIX / SALLE LINNÉ > 19H : Gala Cultur’Elles, danses, chants et présentation d’actions en faveur des femmes par l’association Éveil ton art Entrée libre sur réservation à maty.diouf@ville-nice.fr et 04 97 13 41 30

DIMANCHE 11 MARS

GALERIE DES PONCHETTES > 11H : Visite guidée de l’exposition Dominique Ghesquière.¹

PALAIS LASCARIS > 11H : Visite guidée sur La présence de la femme dans la création artistique, du passé à nos jours. Entrée libre sur réservation au 04 93 62 72 40

*1 Entrée libre dans la limite des places disponibles

BONNES FÊTES MESDAMES

PRO (Paul et Raydo Obadia) mars 2018.

Photo Pixabay

Aux commandes de Nikaïa : Gilbert Melkonian.

Le Palais Nikaïa ?

Nikaïa ? Vous connaissez sûrement pour y être allé au moins une fois, mais, comme nous, vous aimeriez en savoir plus sur ce grand bâtiment, son fonctionnement et, bien sûr, sur l’homme qui est aux commandes.

Cela fait déjà plus de 15 ans que ce merveilleux outil a été inauguré le 4 avril 2001, en présence du Maire Jacques PEYRAT, initiateur de ce projet, en vedette Elton JOHN et des directeurs de l’époque Christine et Charles MICHAELIS.

gilbert-melkonian-portraitDepuis l’annonce de la réalisation de Nikaïa,  une grande idée germait dans la tête d’un niçois de plusieurs générations : Gilbert MELKONIAN, qui avait comme rêve de travailler un jour au Nikaïa. Son récit nous a inspiré des titres de chansons, des films, ou des émissions TV :jm-voyais-dejaSon vœu se réalise en 2003, puisqu’il est Directeur technique, et  2010, la nouvelle direction de Nikaïa lui fait confiance et le nomme DIRECTEUR.

Gilbert nous parle de ce Palais avec passion  et nous fait partager son enthousiasme pour réussir  un défi permanent!.

« C’est un outil extraordinaire qui peut accueillir de 300 à 56 000 personnes avec une scène réversible. (Seule la ville de Nancy possède un équipement similaire). Aujourd’hui Nikaïa est géré par la S-PASS, une branche d’un grand groupe national, la 3 S, holding qui œuvre dans divers domaines comme sport, spectacle, congrès. »

On pourrait penser que pour faire fonctionner ce bâtiment il faut une armée de salariés, en fait, le nombre fluctue en fonction des évènements et passe de 5 de base à 500 et même 600 ou plus depuis Vigipirate.

Qui est Gilbert MELKONIAN?

jaurais-voulu

Gilbert est niçois depuis sept générations, avec des origines arméniennes du côté de son père et italiennes par sa mère. Même s’il n’a plus de famille en Arménie, il a gardé un lien très fort avec ses racines.

gilbert-melkonian-ciamadaGilbert a fait ses études à Nice, tout d’abord le lycée Masséna et ensuite l’IUT département informatique, mais comme il a toujours aimé le monde du spectacle, il prend un virage à 180 degrés pour faire de sa passion une priorité. Musicien, il a été accordéoniste pendant 20 ans, et il a voyagé dans le monde entier avec la CIAMADA NISSARDA, groupe folklorique bien célèbre, mais il est également trompettiste ! Aujourd’hui, il adore son métier, cependant il se serait bien vu artiste de théâtre.

le-travail

Gilbert travaille pratiquement tout le temps : son emploi du temps est très chargé, puisque, en plus d’être directeur du Nikaïa, il fait partie de la cellule développement de la Holding la 3S et de ce fait, il est en général à Paris du mardi matin au jeudi soir.

Un trait dominant chez Gilbert, il est croyant, il nous évoque des moments importants de sa vie, la visite à Saint-Pierre de Rome afin de rencontrer Sa Sainteté le Pape François.

Il nous dit  avoir côtoyé les plus grandes stars du monde, mais aucune comparaison par rapport à cette communion avec le Pape François, il se sentait tout petit à ses côtés.  Sa rencontre avec le Dalaï-lama a été aussi très marquante pour lui, car il admire la philosophie de ce grand personnage.indiana-jones

 Gilbert voyage depuis l’âge de 15 ans et il aime toujours bien faire office de « GO ». En dehors de la France, le pays où il aimerait vivre c’est l’Afrique du Sud et notamment au Cap à la rencontre des deux océans.

À l’occasion de ses voyages, Gilbert  est original, il reste artiste dans l’âme et aime bien se mettre en scène avec un accessoire, le plus souvent un chapeau.

le-meilleur

Les RESTAURANTS! Nous abordons un moment fondamental dans la vie de Gilbert  car il y prend pratiquement tous ses repas ! Devinez, la première des choses qu’il regarde?  La carte des desserts, car Gilbert est un gourmet et un gourmand, il peut résister à tout sauf à un bon dessert. (il prend très souvent les desserts en photo).

Il pourrait écrire un guide sur « les meilleurs tiramisus dans le monde »!  Il ne nous dira pas quel est son restaurant préféré pour ne faire de peine à personne, mais nous pensons qu’il a dans son agenda une très belle liste.

À bâtons rompus, il répond à nos questions :

Chez l’être humain il aime la sincérité, n’aime pas le mensonge,

En musique il aime la pop américaine.viva-la-vida

Point de vue de la gilbert-melkonian-pan-bagnat-2nourriture, il est plutôt viande, n’aime pas les crustacés et coquillages. Son plat préféré : le pan-bagnat. Gilbert n’est pas trop sportif, il fait de la marche, mais c’est un inconditionnel de l’OGC Nice et de l’équipe de France de Foot, surtout lorsqu’il y a des enjeux.

Au niveau de réseaux sociaux, il est sur Facebook, il considère que c’est un outil professionnel indispensable et pour le côté personnel, c’est un moyen d’échanger et partager les moments de sa vie avec ses amis. Mais concernant l’amitié, il est très sélectif.gilbert-melkonian-le-grand-restaurant

Gilbert  aime les projets, la preuve la création récente du « Resto », le nouveau restaurant de Nikaïa, une initiative très intéressante pour dîner avant ou après le spectacle, il est prudent de réserver, car la formule a beaucoup de succès. ( 04 92 29 31 11 ou leresto@nikaia.fr )

Mais faisons confiance à Gilbert, il a encore de nombreuses nouvelles idées à mettre en œuvre pour la satisfaction de tous.

Enfin pour conclure nous avons trouvé quand même une ambiguïté, car il est né un 23 septembre ! Donc il pourrait selon l’heure de sa naissance, être vierge ou bien balance, disons qu’il a pris les bons côtés des 2 signes ; pour la vierge c’est quelqu’un de tenace qui accomplit sa tâche dans l’honnêteté, côté Balance c’est l’harmonie sociale, il évite à tout prix les conflits. De toute façon il aime en toute chose le bon équilibre.

Les deux questions bonus : Quel est votre plus grand regret ? « Je n’en ai pas».

Qu’est-ce qui lui ferait le plus plaisir ? Après une longue de réflexion, il nous dit « être heureux »

.gilbert-melkonian-image-de-fin

Bloc note pour tout savoir :

Palais Nikaïa 63, Boulevard du Mercantour – 06200 NICE

Tél. : 04 92 29 31 29 Fax : 04 92 29 31 27

Email : info@nikaia.fr           Site : https://www.nikaia.fr/

Crédit Photos Nikaïa/ Gilbert Melkonian