JAPON chapitre 2

Tokyo et la tradition.

Tokyo est immense, les tours dominent la ville, mais les Japonais ont su conserver en plein centre de la ville un sanctuaire au cœur d’un quartier de la capitale (Yoyogi)  avec un jardin merveilleux, il s’agit de : MEIJI-JINGU, les Japonais qualifient cet  endroit de poumon de verdure de la ville.

premier grand Torii

Meiji-jingu est un vaste sanctuaire contigu au parc Yoyogi. Prisé des touristes, lieu de cérémonie de mariage traditionnel et endroit populaire pour fêter le Nouvel An, ce complexe shintoïste reste très fréquenté toute l’année.  On y accède par une vaste allée bordée de fûts de saké d’un côté et de tonneaux de vin, dons de la France.

Il s’agit en réalité d’un immense complexe shintoïste, d’abord, passage sous le premier grand Torii, puis la balade dans le jardin impérial  (Meiji Jingû Gyôen) . Ensuite, la visite se poursuit à travers cette forêt de cent mille arbres, jusqu’au jardin intérieur qui héberge plusieurs mariages traditionnels chaque week-end.

l'entrée du temple

Nous avons été frappés par la sobriété de ce temple et la beauté de cette nature qui caractérise si bien le Japon traditionnel. Nous avons respecté le rituel en nous purifiant par l’eau, puis formulé un vœu sur une tablette en bois qui partira en fumée pour que ce souhait se réalise.

Pendant cette visite, il faut absolument visiter le jardin intérieur du sanctuaire Meiji ou Yoyogi Gyoen. Dans ce lieu de 83.000 m², vous avez l’impression de pénétrer dans une forêt où la quiétude naturelle vous isole complètement de la ville située à quelques centaines de mètres. Les plantes et fleurs changent au gré des saisons.

Le soir, nous avons terminé par l’incontournable restaurant Gonpachi  1 Chome-13-11 Nishiazabu, Minato, Tokyo   +81 3-5771-0170. Accueillis avec des « Irashaii » (bienvenue), entonnés par les serveurs qui couvrent une musique d’ambiance année 90, il faut aller au moins une fois dans cet endroit typique et prisé par les touristes comme par les Japonais. C’est le lieu où l’on boit et partage de mets typiques. Indispensable de réserver.

. GONPACHI-1

GONPACHI-1 bis

Ambiance garantie et vue sur la cuisine centrale. De plus, si vous avez vu le film Kill Bill, cet endroit vous semblera familier. Ce restaurant est à l’origine du décor d’une scène mythique. De nombreux artistes fréquentent ce lieu mythique et notamment Johnny Depp et Kanye West.

Curiosité : Tour de Mario Kart dans les rues de Tokyo au Japon.

C’est une des expériences à tenter conduire un kart déguisé en Mario en plein dans les rues de Tokyo. Et en plus des sensations fortes et du côté fun, c’est également un super tour pour visiter les quartiers connus de la capitale nippone comme Roppongi et Shibuya.

À demain pour la suite.

PRO Paul Raydo Obadia avril 2018

Photos PRO

Merci à Laurence Shishido Tél : +81.90.1799.7755

Email : laurenceshishido@gmail.com

 

DAME NATURE, le restaurant Bio-gourmand à Saint-Laurent-du-Var

DAME NATURE, le restaurant Bio-gourmand à Saint-Laurent-du-Var.

Voici la découverte du restaurant DAME NATURE créé en 2001 par Fabienne et Michel VILAIN précurseurs du «Bien–manger». Leur devise :

 « Que ton aliment soit ton seul médicament », Hippocrate (460 – 370 av JC) et de rajouter, qu’il soit compatible avec le plaisir. Le ton est donné.

À cette époque, c’était un challenge, car le BIO n’était pas dans l’air du temps.

Le restaurant précédent (Madame Nature) avait déjà une tendance « saladerie–végétarienne », en le transformant, DAME NATURE propose des plats « bio ».

Nous sommes accueillis très chaleureusement par FABIENNE ET MICHEL VILAIN, les créateurs de cet établissement dont la complémentarité est parfaite.DAME NATURE MICHEL ET FABIENNE

Michel : a une expérience complète dans le métier de la restauration à Paris, Charlot 1er, la Tour d’Argent, puis en province et notamment à Nice avec l’ouverture du Beau Rivage.

Fabienne : c’est une sorte de multicarte polyvalente qui peut aussi bien faire du commerce que de l’administratif tout en aidant, à l’époque, ses parents au piano-bar le « Valentino »  à Nice.

L’aventure commence, mais les débuts ne sont pas simples. Le BIO n’est connu que par un faible pourcentage de la population et a une connotation « macrobiotique  »  bon, mais léger.

C’est pour cela qu’à ses débuts, le restaurant était fréquenté uniquement par des femmes ! Les conjoints ne venaient pas, car ils craignaient de ressortir avec la faim. Quant aux repas d’affaires, impensables !

En véritables professionnels ils modifient leur stratégie. Ils partent du principe que le BIO pouvait être aussi gourmand, alors, ils introduisent la viande, comme le filet de bœuf, les poissons et différents  desserts et  proposent même des profiteroles au chocolat. Ils sont les premiers à oser les graines germées et le quinoa.

FABIENNE nous raconte une anecdote : un jour, un client prend place sur la terrasse avec vue sur la plage et avant de passer la commande pose la question suivante : pensez-vous que j’aurais assez à manger ? À la fin du repas, Fabienne se souvient de ses propos. Il avait appelé des amis et leur disait que le lieu était magnifique et que le restaurant Bio était formidable !

Ils transforment complètement la décoration, celle-ci est superbe et plus en harmonie avec la nature. Une terrasse face à la mer très bien aménagée. Le résultat est excellent, mais de plus, MICHEL a une exigence, il souhaite que les clients se souviennent du restaurant, mais aussi des toilettes !Ça vaut le détour, elles sont d’une grande beauté !

Au cours du temps, certains restaurants ajoutent quelques plats BIO à leur carte, aussi DAME NATURE se diversifie vers le Vegan, le sans gluten et propose des produits de substitution aux personnes ayant des allergies, il suffit de le demander.

Qui vient chez Dame nature et que manger ?

La clientèle est très diversifiée, mais tout le monde y trouve son bonheur. Une clientèle fidèle, les enfants mangent comme les grands, mais avec une quantité et un prix adaptés, ainsi que les étrangers qui ont des exigences.

La carte est très éclectique avec :

ENTRÉES dont le prix s’échelonne de 9 à 14 €, nous avons testé les Samoussas de légumes et leur salade croquante, sauce fromage blanc de soja et herbes fraîches.

LES VIANDES ET POISSONS de 24 à 41 €. Nous vous recommandons le Dos de Cabillaud en vapeur douce au « Vitaliseur de Marion », aïoli vert, œuf dur et ses légumes ou, pour les amateurs de viande, Le Tartare de Bœuf (200 g) Classique ou Aveyronnais, préparé devant vous, avec salades et pommes de terre.

LES SALADES   de 17 à 24 €. Vous pouvez opter seulement pour une salade, prenez La Maxi Salade Méditerranéenne, c’est un repas complet.

PLATS VÉGÉTALIENS  19 €. Si vous êtes végétalien et adepte du sans gluten, nous avons retenu les Lasagnes végétaliennes, gratin de Lasagnes à la bolognaise de Tempeh, Tofu fumé et légumes du moment, salades.

DESSERTS : de 9 à 13 €, nous avons succombé aux Profiteroles, mais vous avons choisi la petite taille, car il existe pour les super gourmands une grande taille. Cependant, nous étions tentés aussi par le sablé aux pommes rôties, caramel de beurre salé, crème épaisse.

VINS : la carte des vins est fabuleuse, chaque producteur est sélectionné avec attention. Lors de notre repas, nous avons dégusté un côte du Rhône rouge Bio, DOMAINE JULIEN DE L’EMBISQUE, vignoble situé à Bollène. Les propriétaires récoltants vous le proposent dans les trois couleurs.  

Si vous préférez le menu à 39 € vous aurez le choix entre deux entrées, deux plats et deux desserts.

Et enfin chaque jour, le plat du jour à 19 € ou la suggestion en fonction du retour du marché. Lors de votre visite, la proposition : Filet de julienne rôti et ses petits légumes croquants, quinoa à la vinaigrette d’agrumes pour 19 € ou la Sole fraîche française (plus ou moins 450 g) drillée ou meunière, poêlée de légumes de saison pour 37 €.


La carte change toutes les saisons et c’est une décision collégiale avec le chef GILLES TAMBURLIN qui est aux commandes depuis 14 ans.

Dame Nature pourrait appartenir au locavorisme ¹ et affiche la liste de ses fournisseurs qui sont principalement locaux (Antibes, Grasse, Vence, Menton…)

Ce restaurant fait partie des Maîtres-Restaurateurs, qui est une garantie de l’utilisation de produits frais et surtout d’une cuisine entièrement faite maison

Label Tourisme et Handicap, Une toque au Gault & Millau

Pour tout savoir :

167 Promenade des Flots Bleus Atoll Beach
06700 Saint-Laurent-Du-Var tél. : 04.92.27.15.45. Fermé le dimanche soir et lundi. Réservations http://www.restaurant-damenature.com/reservations

Très pratique, le parking à 150 mètres. Le restaurant possède deux entrées, une par côté mer, l’autre côté route.

Enfin, quand Fabienne et Michel ne mangent pas à leur restaurant, voici leurs adresses préférées :

«VEGAN GORILLA» 7 rue du Lycée 06000 Nice 04.93.81.32.98. «LE COMPTOIR BIO»  5, rue Miron, 06000 NICE 04.93.92.55.94. «KAMOGAWA» restaurant japonais 18 rue de la Buffa 06000 Nice 04.93.88.75.88

PRO Paul et Raydo Obadia mars 2018

¹ un mouvement prônant la consommation de nourriture produite dans un rayon allant de 100 à maximum autour de son domicile

 

8 mars 2018

8 mars

Cela ne vous évoque rien ? Alors vous êtes impardonnable, car c’est la journée internationale de la femme et  nous allons vous donner un bon tuyau pour vous racheter. Mais avant,

Sans faire trop d’histoire.

C’est aux  États-Unis le  28 février 1909 que la première journée de la femme a eu lieu. Rapidement e c’est le 19 mars 1911 que la première journée internationale des femmes eut lieu et notamment en Europe et parmi les revendications, cela semble incroyable, on recensait  le droit de vote et le droit de travailler !

Il faut attendre  1917 que soit fixée la date du 8 MARS comme journée de la femme et ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale  que  la journée internationale de la femme devint une tradition. La charte des Nations Unies signée à San Francisco en 1945 proclame l’égalité des sexes en tant que droit fondamental de la personne humaine.

Aujourd’hui, c’est devenu une tradition et à travers le monde, des manifestations sont organisées pour célébrer cette journée dédiée à la femme.

Alors , que faire pour ne pas faillir à la tradition ?

Nous allons vous présenter une voie originale proposée par le NEGRESCO.

Rappelons que cette prestigieuse institution possède le label Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) qui est une marque de reconnaissance de l’État mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. Naturellement, Le NEGRESCO s’est adressé à une entreprise qui a le même label dans le secteur « Cosmétiques et parfumerie ».  Il s’agit d’ Alban MULLER, l’expert de la beauté naturelle pour fêter la « JOURNEE DE LA FEMME« ,

« Alban MULLER avant tout le monde, choisit le 100% végétal dès 1978, éclairé par les dangers des dérivés pétrochimiques, il préfère recourir aux plantes, ressources renouvelables et bénéfiques dont il va étudier scientifiquement les propriétés .Dès cette époque, alors que la cosmétique est essentiellement chimique, il perçoit les infinies possibilités des plantes appliquées sur la peau et cultive leurs bienfaits dans des extraits sans cesse perfectionnés. »

Une journée anti-stress au chocolat.

Si cela vous tente, le 8 mars au Negresco :

de 14h00 à 20h00 un vrai soin super gourmand, un moment de plaisir intense autour de la pose d’un masque visage au chocolat cru pour redonner de l’éclat au teint suivi d’une mise en beauté.

Pour en savoir un plus, il s’agir extrait cosmétique de chocolat cru bio fabriqué à basse température pour préserver toutes les molécules actives. Le résultat, c’est que le produit final est 7 fois plus concentré que le cacao classique. Ses vertus : énergisant, anti-oxydant, anti-stress.

De 20h30 à 23h, rendez-vous au bar pour bénéficier des conseils d’experts pour prendre soin de sa peau. Plongez dans l’univers sensoriel de la marque autour d’un bar à textures. Une dégustation de chocolat cru sera également proposée.

 

Une seule petite contrainte il faut s’inscrire auprès du service Concierge, places limitées pour tous les clients résidents ou extérieurs, mais ayant une chambre ce jour-là ou une réservation à la Rotonde ou Chantecler ou au Bar le 8 mars. À vous de décider, c’est une fois par an !

http://www.hotel-negresco-nice.com

Contact Téléphone : +33 (0) 4 93 16 64 00

par e-mail :
Les réservations : reservations@lenegresco.com
Le Chantecler : chantecler@lenegresco.com
La Rotonde : rotonde@lenegresco.com
La conciergerie : concierge@lenegresco.com

Et si par hasard, vous ne pouvez pas être disponible ce jour-là, à toutes les femmes : Bonne fête.

Pro (Paul et Raydo Obadia) mars 2018

Photos Negresco/Pixabay/Pro

 

 

 

 

Paul Obadia aux côtés de Joël ROBUCHON au salon AGECOTEL-NICE

J’avais  un rêve en tant que Directeur Général de Nicexpo : inviter Joël ROBUCHON, comme Président d’honneur du salon AGECOTEL Ce rêve s’est réalisé en 2010 et j’ai découvert un homme de qualité, d’un charisme exceptionnel et d’un grand humanisme.

Le chef le plus étoilé au monde a donc accepté de présider le concours dénommé   » le NEPTUNE d’OR  » ¹. En 2018, j’ai eu le privilège d’être membre du jury à ses côtés.

Le  plat à réaliser est à base de poisson, 150 g  le maigre, de coquillages, trois ormeaux et de crustacés, trois gambas.

En attendant le premier plat, je me suis permis de l’interroger sur sa perte de poids,  30 kg en un an !

Son régime efficace :
Pas de gras, même pas d’huile d’olive.
Pas de pain
Privilégier le poisson à la viande
Diminuer le sucré
Et surtout manger à sa faim.
Pour l’assaisonnement, il existe de très bons vinaigres.

Je peux vous assurer que le résultat est spectaculaire.

Mais déjà,  le jury se met en place, la plupart des membres sont des MOF (meilleurs ouvriers de France) et une seule femme, la journaliste MERCOTTE. Je suis le seul non professionnel de la cuisine.

Jury de la table d’honneur
MERCOTTE, Rocco SEMINARA (vainqueur 2016) Joël ROBUCHON et Paul OBADIAJURY TABLE D'HONNEUR @ CRISTOPHE GIRAUDEAU-AGECO_6092

Six candidats s’affrontent et ont trois heures pour confectionner 8 assiettes, une de présentation et 7 pour les membres du jury, une assiette par deux membres.

En attendant le premier plat, nous discutons en abordant de nombreux sujets. Joël  ROBUCHON, me le confirme à nouveau, ce salon à une âme et une dimension humaine, il est très convivial et l’on y fait toujours des découvertes.

Notamment cette année « la Georgette », une invention de Jean-Louis ORENGO..

Le Concept : à la suite d’une expédition, l’aventurier naturaliste a créé un couvert INNOVANT, la Georgette, c’est 2 couverts et demi en 1, avec un seul couvert, on peut couper avec le bord affilé, piquer comme avec une fourchette, et prendre la sauce comme avec une cuillère. Un seul couvert pour 3 actions, existe pour les droitiers et les gauchers.

Avec Jean-Louis ORENGO le créateur de la Georgette.

Sur le stand du Japon Hokkaido, le chef a découvert le wasabi blanc, c’est du wasabi avec un goût nettement moins fort que le condiment vert que nous avons l’habitude de trouver.

Puis notre bavardage se poursuit : quel est son plat préféré ?  Un poulet rôti avec des pommes de terre !

Mais, place au concours, le premier plat nous est présenté.

Tout de suite, nous tombons d’accord sur un barème de notation qui comprend 3 postes :

Impression gustative
Aspect esthétique (impression d’ensemble, équilibre de la présentation)
Créativité et originalité, goût, texture et  cuisson

Deux mots reviennent : bon et simple avec une notion d’équilibre visuel pour la  séduction du client.

En ce qui me concerne, j’adopte un critère personnel : aurais-je envie de me resservir ?

Le premier candidat a terminé,

Recette : Pavé de Maigre cuit à basse température, farci à la gambas et aux trois herbes, laqué à l’orange.Poireaux fondant en croûte de sel. Tartare de Maigre, radis noir, betterave Chioggia, jeunes pousses du moment et vinaigrette Thaï ; Croustillant de Gambas au sésame noir. Émincé d’Ormeaux juste saisis, tombée d’algue Dulce à l’échalote et beurre noisette.

Nous dégustons et échangeons nos impressions et passons à la notation.

Puis c’est le deuxième candidat.

Recette : Pavé de Maigre et chair d’ormeaux, gambas papillon brulées- bouillon et siphon de cresson.

 

Joël Robuchon me confie, la gambas est bonne, grillée.

Nous goûtons le bouillon, puis notation.

Notre assiette de dégustation est desservie et remplacée par celle du troisième candidat.


Recette : Chaud froid de maigre, ormeau et gambas

 

 

Nous testons tous les composants et notre appréciation est pratiquement identique.

Passons au candidat n° 4

Recette : Déclinaison de l’ormeau, du maigre et de gambas en « chaud froid ».

 

 

Effort de créativité, le goût nous interpelle, c’est simple, c’est bon

Puis, arrive le plat de la première candidate :

Recette : Ravioles multicolores de Gambas en nage de coco aux saveurs asiatiques, Ormeaux Poêlés au Gingembre et pavé de Maigre basse température en croûte de sésame torréfié.

Bien pour l’ensemble, mais, les ormeaux manquent de cuisson.

Enfin, la dernière candidate.

 

Recette : Maigre demi-sel, gambas et choux vert, minestrone, ormeaux et truffe noire

 

Belle création goûteuse et originale.

Nous comparons les notes pour donner une certaine hiérarchie dans les plats qui nous ont été présentés.

Puis les résultats sont  proclamés.

Prix « GLORIA MARIS » pour la mise en valeur du poisson le maigre :

Virgile VINCENT Restaurant L’HORIZON au FAIRMONT HÔTEL MONTE-CARLO avec son commis Nicolas TALIA.

Ensuite, le résultat du NEPTUNE D’OR, qui tient compte en plus, du jury technique sur la préparation maintien du poste de travail, de la tenue vestimentaire, propreté, hygiène. Également la maîtrise professionnelle, de la méthode de technique cuisine.

1er Virgile VINCENT Restaurant L’HORIZON FAIRMONT HÔTEL MONTE-CARLO avec son commis Nicolas TALIA

2e Nathalie Ragot LE BISTROT GOURMAND NICE

 3e Annie Claire Tronqoy : A.C.T. CONSULTING & FORMATION-LA CUISINE DU CHEF ANNIE VENCE

Résultat final :
En présence de Joël ROBUCHON-Marc IPPOLITO-Alain DEFILS-Paul OBADIAPHOTO FINALE-@OLIVIER ATTAR-IMG_7230

Cette journée restera pour moi, une expérience inoubliable aux côtés de Joël  ROBUCHON.

Nice, le 5 février 2018.

AGECOTEL, un salon organisé par Nicexpo 04 92 00 20 80

Photos Christophe Giraudeau/ Olivier Attar/PRO

¹ Concours initié par Marcel Lesoille consultant et conseiller culinaire en produits de la mer, membre cuisinier de l’Association EURO-TOQUES France, Écailler, Champion et détenteur de records du monde d’ouverture d’huîtres.

LE RUHL-PLAGE A NICE OU L’ÉPOPÉE DES MALACARNE

Le nom des MALACARNE est indissociable de l’histoire du RUHL PLAGE, car depuis sa création en 1920, un membre de cette famille a toujours géré cet établissement.

LA RENCONTRE

Henry RUHL, un Suisse, naturalisé britannique, arrive à Nice en 1900 à l’âge de 18 ans. C’est la belle époque où l’on peut investir facilement par le recours à l’emprunt. En 1913, il inaugure le fameux hôtel de 200 chambres, l’un des plus luxueux du moment et lui donne son nom.

En Italie à PIACENZA, le tout jeune Alfred MALACARNE, fait partie du voyage vers la France, car son père maçon, est obligé de quitter le pays après avoir séduit une fille d’une noble lignée. En ce temps-là, on ne badinait pas avec la mixité sociale. Le voilà donc expatrié à Nice Au moment d »entrer dans la vie active, il devient, ce qu’on nomme en niçois, un « BOCHA », c’est-à-dire un apprenti maçon. Pendant ses loisirs, Il pratiquait la lutte gréco-romaine à un haut niveau. En tant que sportif,  il avait créé en 1904, avec son frère Charles et une bande de copains, l’OGCN, plus communément appelé le GYM, Robert nous montre un porte-clefs en or, cadeau du club pour la commémoration des cinquante ans.

 Mais très vite,  d’autres aspirations professionnelles le motivent et change de métier pour devenir portier au palace de l’hôtel RUHL. Une véritable révolution promotionnelle. Le «patron» de l’hôtel, Monsieur Martinez, propose à Alfred MALACARNE d’ouvrir la première plage d’hôtel « le RUHL-PLAGE ».

L’INVESTISSEUR.

Monsieur Martinez, estimant cet établissement peu rentable décide de céder la plage. En 1923, Alfred se porte acquéreur, mais le prix à payer est de 20 000 francs de l’époque. Sa femme, Carmen vend son bistrot « La Cave Niçoise », 5 rue Masséna, pour devenir propriétaire. C’est la période de la transformation de la promenade et de la structure de la plage. Mais la guerre met fin à cette belle aventure, les allemands réquisitionnent, son fils, Alphonse, négocie 48 heures pour tout débarrasser. Celle-ci devient un dépôt de munitions que les occupants font sauter lors de leur départ.

Alphonse, le fils : LE MAITRE D’ŒUVRE.

Après la guerre, la relève est assurée par le fils Alphonse qui achète les Bains de la Plage pour le franc symbolique, puis l’aquarium. Pendant la construction de la Promenade des Anglais, Monsieur Malacarne exerce son métier au Beau Rivage. Mais à la fin des travaux, il opte pour le Ruhl. C’est l’époque où la famille MALACARNE gère en permanence au moins 2 plages. Dans les années 50-55, Alphonse qui exerce le métier de constructeur se porte acquéreur de l’Hôtel RUHL, avec son associée, Mademoiselle Émery, pour un million de francs,  mais l’état exerce son droit de préemption et la transaction n’aboutit pas. Alphonse abandonne le métier de constructeur pour prendre la suite de son père et développe le RUHL-PLAGE en le modernisant et en créant le restaurant. C’est l’époque de l’attribution des plages de gré à gré.

Claudine et Robert, les petits-enfants : LA CONTINUITÉ.

Robert, à son retour du service militaire, dans les années 75, rejoint son père et Claudine, sa sœur qui n’a jamais quitté la plage. Avec le père, ils forment un trio exigeant pour la satisfaction de la clientèle. Alphonse, arrive toujours le premier sur la plage, il a l’œil et rien ne lui échappe du haut de son fauteuil. Mais comment s’affirmer, alors que le père est omniprésent. Un matin, Robert décide d’arriver avant son père et continuera ainsi, jusqu’au moment où son père accepte l’idée que la relève est assurée. Aujourd’hui, Robert et Claudine sont bien conscients, qu’ils ne sont pas propriétaires, puisque, depuis la loi sapin, ils doivent satisfaire les exigences de la DSP tous les 15 ans. La prochaine aura lieu en 2019 et Les MALACARNE, avec leur relève, espèrent fêter les 100 ans du RUHL-PLAGE en 2020.

 La Relève : LES ARRIÈRES PETIT FILS.

Même si Claudine et Robert sont toujours les gardiens du temple, l’épouse de Robert, Marie-JO et leurs 3 enfants Fabien (27 ans), Thibault (21 ans) et Romain (14 ans) assurent la relève. Notamment Fabien qui travaille dans la finance à paris, se préoccupe du développement de la plage en s’orientant dans la direction des congrès.

 

LES ANECDOTES.

Robert et Claudine ont des ressources inépuisables sur les personnalités qui ont fréquenté l »établissement et ils en ont sélectionné trois.

Madame Cohen:

Pendant la guerre, la plage était ouverte au public jusqu’en novembre 1943 et un jour la milice est arrivée de façon inopinée pour réaliser un contrôle. Madame Cohen avait pour habitude de vendre des lunettes et pour les exposer, les mettait sur ses bras tout en déambulant sur les galets. Pour elle, la milice, c’était le désastre. Elle ne savait que faire et était terrifiée et   transpirait à grosses gouttes. Alphonse, le père de Robert, n’écoutant que sa fibre patriote, il lui enleva toutes les lunettes, la prit par le bras et sortirent tous les deux devant le regard inquisiteur des miliciens. C’est alors qu’Alphonse eut cette réplique salvatrice : hé bien messieurs, vous avez fait peur à ma femme, vous voyez dans quel état vous l’avez mise! . Longtemps après, Madame Cohen a souvent raconté cette histoire à Robert et Claudine avec une compassion qui se lisait dans ses yeux.

Le tigre peureux !

Comme le casino RUHL est à proximité de la plage, l’un des responsables avait eu la bonne idée promotionnelle de faire un tour sur la plage avec un tigre et les danseuses tout emplumées. Arrivée majestueuse sur la plage avec le tigre tenu en laisse pas son dompteur. C’était sans compter sur la présence d’un chat qui avait élu domicile dans l’établissement et qui entendait bien défendre son territoire. À la vue de ce chat, le tigre prit peur, échappa à la vigilance de son maître et s’esquiva le long de la plage. Panique à bord ! Tout le monde à l’eau. L’animal est allé jusqu’au Lido, puis est revenu. C’est ainsi que Robert et son père figés, virent passer le tigre devant eux qui finit son escapade en haut de l’escalier où le dompteur l’attendait.    

La première plage de la Côte d’Azur aux seins nus.

Dans les années 70, Saint-Tropez avait lancé la mode du Top less. Mais ce qui était toléré dans la ville fétiche de Brigitte Bardot n’avait pas encore franchi les limites du var. Un jour de l’année 1972, trois jeunes filles se posent sur les transats de plage et enlèvent le haut de leur maillot. Alphonse MALACARNE, regarde avec intérêt la scène et téléphone au Maire de l’époque pour lui narrer la situation. Jacques Médecin lui répondit si c’est beau, laissez-les ! C’est ainsi que le RUHL devint la première plage de la Côte d’Azur à accepter les seins nus. Claudine MALACARNE ajoute que Jean Pierre Marielle et Michel Constantin, qui tournaient un film à la Victorine, sont arrivés sur la plage et leur première question fut : où sont-ils ?

Les MALACARNE sont intarissables. Ils ont toujours, comme principe, le respect du client avec un service irréprochable, le tout teinté d’une attention toute particulière pour ceux qui choisissent leur plage. C’est leur recette, depuis presque un SIÈCLE !

1 promenade Anglais, 06000 Nice, France

Téléphone: +33493870970

https://ruhl-plage.com/

https://www.facebook.com/RuhlPlage

https://www.instagram.com/ruhlplage/

PRO novembre 2017

Photos RUHL-PLAGE/PRO

 

.

 

 

 

Negresco : Le chef fête ses 10 ans.

Pour fêter les 10 ans du Chef Jean-Denis RIEUBLAND, toute son équipe a revisité les plats emblématiques du chef. Nous sommes allés à sa rencontre afin qu’il nous présente son parcours.

En fait, en 2007, Jean-Denis RIEUBLAND, est reconnu comme Meilleur Ouvrier de France dans la section cuisine gastronomie, après un âpre concours entre professionnels. C’est la récompense ultime de la reconnaissance de l’excellence octroyée avec parcimonie par les pairs. Ces MOF, comme on les appelle, ont le privilège de porter une veste avec un col arborant le liseré bleu, blanc, rouge.

Cette année-là, ils ne sont que sept à gravir cet échelon suprême, dont un seul pour la région PACA, Jean-Denis RIEUBLAND du Domaine de Terre-Blanche à Tourrettes, dans le var.

Le hasard n’est jamais fortuit, car à la remise des diplômes, NICOLE SPITZ, la directrice du NEGRESCO, est au premier rang en tant que créatrice de la section MOF gouvernant(e). Justement, elle cherche un nouveau chef et rapidement le courant passe bien entre Madame SPITZ et Jean-Denis RIEUBLAND qui arrive premier après une sélection internationale.

Quel parcours se remémore, Jean Denis. Il était élève du fameux Lycée Hôtelier situé rue de France à Nice, dont la réputation avait dépassé les limites de nos frontières. Dès la sortie, il fait ses premières armes dans des restaurants prestigieux : L’EDEN ROC, le BYBLOS à Courchevel, le ROYAL à la Napoule. Puis, curieusement, il effectue son service militaire dans les transports. Son obligation accomplie, il revient vite vers les tables prestigieuses de France. À Cannes, le CARLTON, à Paris, la TOUR D’ARGENT et le LAPEROUSE, à Lyon, la VILLA FLORENTINE, puis en région Provence Alpes Côte d’Azur, le MIRAMAR BEACH en tant que second, le PALM BEACH. Il participe à l’ouverture du MAS CANDILLE puis de TERRE BLANCHE où il restera quatre ans avant de devenir MOF en 2007. Pour Jean Denis RIEUBLAND, c’est avec fierté qu’il arbore le signe distinctif de cette reconnaissance par ses pairs, mais ce n’est pas une fin en soi, c’est le début d’un autre savoir-vivre.

En 2007, il devient le chef des deux restaurants du NEGRESCO, la ROTONDE et le fameux CHANTECLERC. Dès 2008, il confirme sa première étoile, il crée une équipe, et son objectif, faire revenir la clientèle et surtout la fidéliser. En 2011, Pierre BORD, qui succède à Nicole SPITZ, insuffle un dynamisme contagieux si bien, qu’en 2012, le chef obtient sa DEUXIÈME ÉTOILE.

Pierre BORD nous confie, une étoile c’est plus de 20% de chiffre d’affaire en plus.

À ce sujet, nous souhaitons connaître le sentiment du chef sur la demande de Sébastien BRAS (3 étoiles à LAGUIOLE, au guide Michelin) de ne plus figurer dans l’édition 2018. Jean-Denis RIEUBLAND, nous précise : c’est un choix personnel et d’autres chefs suivront. Cette décision est sûrement motivée par le fait de vouloir s’exprimer plus librement, sans avoir les contraintes inhérentes aux exigences des étoiles et surtout, ne plus avoir une épée de Damoclès suspendue au-dessus de leur tête. Jean-Denis RIEUBLAND peut comprendre ce choix, mais c’est une voie qu’il ne prendrait pas.

À ce propos, il tire son chapeau à ceux qui se lancent dans l’aventure de l’ouverture d’un restaurant, car aujourd’hui, il faut conjuguer les trois piliers de la tenue d’un restaurant :

En premier lieu : être gestionnaire avec la rigueur indispensable à la rentabilité de l’opération.

Ensuite, être un manager de l’humain, car cet aspect est primordial pour la réussite de l’équipe.

Pour finir, exercer ses talents de cuisinier et mettre en œuvre la créativité nécessaire à l’attractivité et la fidélisation de la clientèle.

En conclusion, il est indispensable d’être passionné ou alors ne pas s’engager.

Que pense le chef de ces nouvelles tendances, bio, végan, végétariennes, sans gluten ? Si on le lui demande, il s’adaptera, mais pour lui, pas de proposition ni à la carte ni au menu. C’est le bon produit et le goût qui sont les ingrédients du succès. Il aime mieux l’agriculture raisonnée plutôt que le bio des antipodes, et surtout le respect des saisons. Sa préférence irait pour l’automne, les champignons et le gibier. Le chef demeure un défenseur de la cuisine française et ne cède pas aux tentations des autres tendances actuelles. Sa méthode consiste toujours à travailler le bon produit. Pour l’anecdote, il a tenu tête à la célèbre Madame AUGIER, la « patronne » de l’hôtel, qui voulait lui faire supprimer le foie gras de la carte !

Sa recette préférée : Langoustines rôties aux piments d’Espelette, cromesquis de tête de veau, pour le mélange terre mer et le clin d’œil à la cuisine traditionnelle avec la tête de veau.

Et si vous invitiez le chef, vous lui feriez plaisir en préparant un navarin d’agneau aux petits légumes et le tout arrosé d’un bon vin rouge côte-rôtie, l’un des crus les plus prestigieux du vignoble de la vallée du Rhône.

En 2011, il  est très touché par l’obtention de la récompense : trophée du meilleur restaurant gastronomique de France plébiscité par ses clients. Mais aujourd’hui, un autre rêve le motive.

La tête dans les étoiles :

Nous lui avons posé la question : dans 10 ans fêterez-vous les 20 ans au NEGRESCO ? Un long silence, puis un petit sourire, et sa réponse « il faut durer et perdurer avec comme l’objectif, la troisième étoile, si l’on m’en donne les moyens ». Nous sommes persuadés que tout sera mis à sa disposition pour réaliser cet objectif.

Voici les tables de prédilections fréquentées par Jean Denis RIEUBLAND. À Paris : Le GABRIEL, L’AMBROISIE, à Cannes, le COSI et enfin, à Nice, Le ROLANCY’S.

Notre bon plan : une formule originale pour découvrir le fameux CHANTECLERC. Les échappées belles du mardi et du mercredi à partir de 19 heures, jusqu’au 8 décembre 2017, un menu réglé = un menu offert (hors boisson), soit 180 € pour deux personnes.

Exclusivement sur réservation : tel – 04 93 16 64 10  mail : chantecler@lenegresco.com

Renseignements sur les restaurants du Negresco : http://www.hotel-negresco-nice.com/les-restaurants

Bonne dégustation.

PRO Paul Raymonde Obadia Octobre 2017.

BIONAZUR en quelques photos

BIONAZUR  le premier jour a déjà attiré de nombreux visiteurs qui ont énormément apprécié cette nouvelle édition. Voici quelques photos et commentaires sur la première journée.

le Bio n’est pas une mode, c’est un mode de vie

Voici le slogan de ce nouvel exposant qui nous vient du Canada « Druide », il nous présente des soins corporels biologiques et écologiques pour toute la famille avec comme principe : Sans alcool, sans aluminium, sans PEG, sans Sodium Laurel Sulfate, sans colorant, sans parfum de synthèse, sans phtalate, sans conservateur chimique ni paraben, ni phenoxyethanol, sans siloxane, sans fluor ni triclosan dans les dentifrices.

Access Bars®, un processus dynamique pour changer

l

Franck et Christel VALOT présentent : Le petit niçois

En direct du Larzac : « Le fromage de Brebis »

Enfin un bol d’air qui fait un bien énorme

Un petit tour par le snack s’impose pour déguster des spécialités Bio et tester le jus préparé par la toque du midi pour le restaurant de Novak Djokovic à Monaco. Après vous grimperez au filet.

Bionazur : des conférences très intéressantes

Enfin en partant, un geste pour la planète, merci

Merci et rendez-vous à BIONAZUR

PRO Paul Raydo Obadia