JAPON chapitre 4

KYOTO, une destination incontournable

Si vous allez au Japon, il faut prévoir minimum trois jours à Kyoto qui représente la tradition japonaise.  C’est l’ancienne capitale du Japon. Cette merveilleuse ville est réputée pour ses nombreux temples bouddhistes classiques, ainsi que ses jardins, ses palais impériaux, ses sanctuaires shinto et ses maisons en bois traditionnelles. Sa renommée vient également de ses traditions comme la cuisine kaiseki, repas composé de plusieurs plats étudiés. À voir également, le quartier « geisha »  dans le district de Gion.

Départ pour Kyoto

GARE

De Tokyo, il faut prendre le train à grande vitesse le « Shinkansen ». Les 300 trains qui circulent chaque jour entre Tokyo et Osaka, dans chacun des deux sens, accusent un retard moyen sur l’année de seulement 30 secondes. De quoi rêver !

SHIKANSEN.jpg

 

SHINKANSEN-NETTOYAGE

 

Départ gare de Tokyo à 9h20 précises. Dès que le train arrive, un service de nettoyage est prêt à intervenir. Deux jeunes femmes habillées en rose avec le sourire et courtoisie n’ont que quelques minutes pour nettoyer la rame attribuée. Le trajet dure 138 minutes pour parcourir les 513 km qui séparent les deux villes. Il est indispensable de réserver. Le confort est excellent.

CARTE

 

 

 

 

Dès notre arrivée, pas de temps à perdre, nous commençons nos visites.

Château Nijo-jo

C »est un  château japonais situé dans le centre-ville de Kyoto. Construit en 1603 , il fut la résidence du premier shogun de la période Edo. C’est une ancienne villa impériale inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Dès l’entrée, on est surpris par la beauté de la construction.

Chäteau Nijo-jo-1.jpg

À l’intérieur, des salles surprenantes, car le maître des lieux qui souhaitait se prémunir des traîtres,  fit poser un parquet « rossignol » dans ses couloirs : dès que l’on pose le pied sur ce sol on entend immédiatement un son semblable au pépiement d’un oiseau.

À l’extérieur, un étang et un jardin à la Japonaise constituent un espace de détente enchanteur.

Chäteau Nijo-jo-7

Ryoan-ji

Voici  un temple bouddhiste de l’école Zen Rinzai. Il est réputé pour son jardin de pierres qui date de la deuxième moitié du XVe siècle. Ce dernier est inscrit au Patrimoine de l’UNESCO depuis 1994 et classé bien Culturel Important du Japon. La quinzaine de rochers de formes et de tailles diverses, disposés en cinq groupes sur un lit de gravier de 248m², laisse place à l’imagination de chacun. Si vous arrivez à retrouver les 15 pierres vous avez atteint le summum de la « zénitude » attitude !

 

Nous avons découvert un restaurant très traditionnel ISOBE restaurant (tel 075-531-06666) http://www.kyorkori-isobe.co.jp

restaurant ISOBE -3

Kodai-ji

Puis pour terminer la soirée, nous avons visité deux temples magnifiques : le temple Kodai-ji avec illuminations, spectacle son et lumière et jardin magnifique.

kodaji

Kiyomizudera ou temple de l’eau pure

C’est le  temple le plus haut du Japon domine la ville de Kyoto. La terrasse construite sur 139 piloris de 12 mètres de haut  offre une vue sur la ville au loin et les collines voisines.

tempe de l'eau pur-1e

Nous avons poursuivi notre visite de Kyoto avec un programme de découvertes surprenantes.

Sanjusangendo

C’est un temple bouddhique, le majestueux et long bâtiment en bois principal est réputé pour héberger 1001 statues de la déesse de la compassion Kannon. De part et d’autre d’une sublime et gigantesque représentation de Senju Kannon (aux mille bras et onze têtes), dix rangées de cent statues à échelle humaine gardent les lieux. Nous restons sans voix devant ces statues toutes différentes et qui imposent le respect par leur diversité et leur expression. Comme il est interdit de photographier, nous avons scanné quelques vues de la brochure achetée à la sortie du temple, c’était trop beau.

Sanjusangen-do-1

 

 

Taisha

Puis nous partons pour Sembon Torri Fushimi Inari . Taisha est le plus grand sanctuaire shinto du Japon situé au sud de Kyoto. Érigé en 711, il est dédié à la déesse du riz Inari et plus largement à la richesse. Voici le plan de l’ensemble.

 plan de Fushimi

 

 

KYOTO Fushimi Inari Shrine temple

Les milliers Torii formant le chemin vers le sommet du Mont Inari (Senbon) sont des donations de particuliers ou d’entreprises. Ces donations donnent le droit aux donateurs d’avoir leur nom inscrit sur le fameux Torii. Comme vous le constatez, nous n’étions pas seuls.

KYOTO LES 1000 portiques

À la sortie du domaine, nous avons croisé des marchands ambulants, dont ce boucher qui a une particularité, il cuit la viande au chalumeau.

Le Tenryu Ji

Puis nous allons visiter  Le Tenryuji. C’est un temple bouddhique zen de l’école Rinzai, fondé à l’ouest de la capitale, en 1339-1342, il constitue le premier des cinq gozan (cinq grands temples) de Kyoto et abrite un jardin merveilleux avec une forêt de bambous qui chaque saison exhale une beauté contenue.

 

 

 

 

Kinkaku-ji

Et enfin, nous avons gardé le meilleur pour la fin Kinkaku-ji, le pavillon d’or. C’est l’un des temples les plus connus au Japon, le Kinkaku-ji, ou aussi communément appelé le pavillon d’or. Il se situe dans  l’un des lieux les plus prisés des touristes, japonais comme étrangers.

Ce temple zen entièrement recouvert d’or et comme nous, vous resterez un long moment à admirer cette merveille qui se reflète dans le lac au pied du temple et qui vous donnera un moment de plaisir inoubliable.

Kinkaku-ji.jpg

En conclusion sur Kyoto, c’est merveilleux et si vous allez au Japon, vous devez inclure cette ville traditionnelle dans votre programme et terminer par la visite du quartier GION car on peut y croiser des Geishas . C’est une ville tellement envoûtante.

Un peu d’histoire, alors qu’elle figurait sur la liste de villes potentielles susceptibles d’être frappées par la bombe atomique américaine, il faut « remercier » Henry L. Stimson, le secrétaire à la Guerre de l’époque, qui avait connu et admiré Kyoto lors de sa lune de miel plus de trois décennies auparavant et qui retira Kyoto de la liste.

Curiosité

Si le marié japonais porte un montsuki (sorte de surtout ou veste portée sur le kimono) et des hakama (sorte de jupe-culotte portée sur le kimono), la mariée japonaise porte un shiro-muku,  un kimono blanc qui symbolise la pureté et la volonté de la mariée de s’adapter à sa belle-famille. De plus, elle est coiffée d’un tsuno-kakushi qui est supposé cacher les cornes de la jalousie ou de la colère de la mariée.

 

mariés

À demain pour la suite

PRO Paul Raydo Obadia Avril 2018

Photos PRO

Merci à Laurence Shishido Tél : +81.90.1799.7755

Email : laurenceshishido@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s